Communistes libertaires de la CGT

Affrontements du 12 mai à Paris : Un mauvais remake, un mauvais coup.

samedi 14 mai 2016

Affrontements du 12 mai à Paris : Un mauvais remake, un mauvais coup.

Dans les années 70 à Paris, obnubilée par la lutte contre « les gauchistes », la CGT avait donné des consignes très dures à son Service d’Ordre. Encore faut-il préciser qu’alors les affrontements de rue n’opposaient pas seulement les « révolutionnaires » contre les « staliniens » mais qu’entre groupes d’extrême-gauche les bagarres étaient aussi fréquentes qu’hyper-violentes...
La mouvance « autonome » pour sa part culminera à la fin des années 70 et prendra pour cible tout aussi bien la CGT que les organisations révolutionnaires. En ces temps là, la mouvance autonome pouvait aligner mille militants. Les manifs du Premier Mai attiraient régulièrement cent mille manifestants et le SO de la CGT regroupait plusieurs centaines de militants.

Et puis divers armistices furent tacitement conclus. Parfois officiellement comme entre la LCR et la CGT par exemple. Puis les grandes usines ont fermées les unes après les autres. Et puis les organisations révolutionnaires ont reflué, le nombre de manifestants aussi tout comme les organisations traditionnelles du mouvement ouvrier. Mis à part deux ans de tension récurrente entre la CGT et la CNT autour des années 2 000, les bagarres entre SO avaient quasi disparues. Au pire quelques accrochages ont pu se produire mais rien de comparable à la période précédente.

Au moins depuis les manifs contre le CPE, le SO de la CGT Ile-de-France a des consignes très claires : son rôle est de protéger la manifestation et de l’amener à bon port. Mais pas de faire la police. Contrairement à l’époque précédente, la CGT n’a plus l’ambition, ni vraiment les moyens, de régenter toute la rue. Libre donc à celles et ceux qui ont d’autres stratégies de rue d’aller s’expliquer avec la police tant que cela ne met pas la manifestation en danger.

Ce compromis, tacite, qui se rapproche de la diversité des tactiques imaginée par le mouvement altermondialiste, est reconduit depuis une décennie. Rappelons tout de même que la diversité des tactiques repose sur un partage des espaces pour que chaque groupe puisse évoluer sans mettre en difficulté les autres. Les violences à l’arrivée sur la Place Vauban jeudi 12 mai risquent de briser ce compromis. Un groupe de militants autonomes a cru intelligent de rejouer la guerre des années 70. Mais comme chaque fois que l’histoire se répète c’est en farce sinon en tragédie. Une centaine de militants entraînant des gamins qui croyaient se « faire des collabos » s’en sont pris très violemment, place Vauban, au groupe du SO du carré de tête. Un groupe d’une trentaine de militants, pour l’essentiel des ouvriers d’imprimeries. Toute la manif durant, le SO est resté de marbre face aux insultes « SO/Collabos », refusant y compris de tomber dans l’engrenage bien que des manifestants l’interpellaient à l’inverse pour aller « faire le ménage »... C’est donc sans aucune raison compréhensible que des autonomes ont attaqué le SO, n’hésitant pas à lancer des pavés sur des têtes nues, provoquant cinq blessés graves. Face au déluge, le SO a alors chargé à trois reprises pour tenter de se dégager avant d’être contraint de se replier en ployant sous le nombre et faute d’équipement suffisant. En effet, la direction du SO s’en tenant aux principes énoncés, n’avait pas prévu un affrontement de cette nature.

Une « explication » plausible à cette brutale agression serait de penser que des militants autonomes ont pris pour argent comptant le communiqué de la Préfecture qui laissait croire à un travail « commun » entre les SO et les flics. Mais peuvent-ils être aussi naïfs ? Le témoignage des camarades de Solidaires présents en préfecture lors du dépôt du parcours rend justice de cette allégation.

L’autre explication, plus politique, est d’imaginer que ces militants autonomes estiment que le SO empêche par la force les manifestants syndicalistes de rejoindre l’insurrection en cours. Il ne s’agit plus là de naïveté mais d’erreur politique. D’abord parce que le SO « n’empêche pas » comme nous l’avons déjà dit. Ensuite et surtout parce que l’immense majorité des manifestants ne veut pas (à tort peut-être...) aller à l’affrontement avec les flics. Hors la diversité des tactiques doit être appliquée par tous pour n’être pas un jeu de dupes. Des jeunes lycéens peuvent bien trouver les syndicats de retraités trop mous, c’est néanmoins la possibilité de leur présence à tous qui est l’enjeu face au gouvernement.

Une chose est de considérer que la direction de la CGT n’est pas à la hauteur des enjeux. Autre chose est de la prendre comme adversaire principal à ce stade de la lutte dont l’extension dans les entreprises n’est pas acquise. Car là encore nous ne sommes plus dans les années 70 et le quadrillage CGT/PCF sur le mouvement ouvrier n’est plus qu’un lointain souvenir... D’ailleurs les déclarations de Martinez à la télévision, jusqu’à aujourd’hui, se gardaient malgré l’insistance des journalistes, de condamner « les casseurs » pour se concentrer sur les violences policières. Pas sûr que cette ligne, correcte, n’ait pas été brisée à coups de pavés, place Vauban...

Ce jeudi 12 mai à Paris des militants autonomes ont fait le choix d’un affrontement direct avec le mouvement ouvrier. Il se murmure que des supporters fachos du PSG auraient contribué à jeter de l’huile sur le feu. Il s’agit d’une grave erreur qui serait lourde de conséquence si les mêmes faits devaient se répéter. D’abord parce que le SO de la CGT ne se laissera pas agresser une seconde fois sans une riposte ad hoc provoquant une escalade sans fin. Mais surtout parce que cette « tactique » couperait dramatiquement la masse du mouvement ouvrier de ses militants les plus radicaux. L’agression de ce jour met évidemment en porte à faux les militants révolutionnaires au sein de la CGT. Et il y en a plus qu’on ne le pense généralement.

Les militants autonomes qui mesurent l’ampleur de l’erreur commise pourraient utilement l’exprimer publiquement. Ceux qui se vivent comme l’avant-garde militaire du prolétariat ne doivent pas se tromper de cible : les bourgeois ne défilent pas contre la loi El Khomry ! Il y a d’autres lieux, d’autres occasions bien plus pertinentes sur lesquelles ils pourraient, utilement cette fois, exercer leur énergie.

Mardi 17 mai personne n’a intérêt à un match retour. Suite aux démarches que nous avons mené, nous pouvons affirmer qu’il semble que personne ne le souhaite. Très bien. Encore faudra-il que, sur le terrain, chacun évite les provocations. Contre la loi travail, contre le gouvernement PS, contre le capitalisme : tous ensemble !
Paris le 14 mai.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0