Communistes libertaires de la CGT

Commission Exécutive Confédérale d’avril 2018

mercredi 25 avril 2018

La dernière réunion de la CEC tenait sur trois points : l’actualité sociale, le syndicalisme international, le 52° Congrès. Nous pourrions nous retrouver plus ou moins dans le discours général des rapporteurs si les pratiques réelles correspondaient toujours aux annonces... Un paragraphe cependant dans le rapport d’activité (page 6) pose clairement question :

Cela doit nous amener à réfléchir quant à l’expression de la colère, à l’exploitation qui peut en être faite. La mise à feu d’un mannequin à l’effigie de Macron à Nantes lors d’une manifestation dessert plutôt la cause pour lesquelles les manifestants se battent. A l’inverse les opérations péages gratuits qui ont été menées en territoire en appui aux cheminots permettent de gagner empathie et diffusion de nos arguments.
Le soutien interprofessionnel à la lutte dans les territoires passe en priorité et plus efficacement par le déploiement dans les entreprises et le débat avec les salariés autour des cahiers revendicatifs que par un repli sur formes de radicalisation : blocage de ronds-points et autres.

Une première observation s’impose : la CGT s’est habituée, à tous les étages, à poser la question de l’opinion publique comme une priorité. Bien sûr il est préférable dans une lutte de « gagner l’opinion publique ». Mais bien sûr que c’est d’abord dans le rapport de force avec le patron ou l’Etat que se gagne, ou pas, un conflit. En clair une grève ou un blocage impopulaire est plus efficace qu’un mouvement « populaire » qui laisserait les profits du patronat intacts.

Une deuxième observation découle de la première : le syndicalisme cesse d’être révolutionnaire dès qu’il prétend canaliser la colère des travailleurs pour devenir un interlocuteur responsable. Au moment où la police de Macron matraque à tout va, la CGT s’offusque d’une effigie brûlée ? D’un rond-point bloqué ?

Alors que mille raison de brûler et bloquer nous sont infligées chaque jour par les patrons et leur gouvernement, la direction confédérale s’inquiète de l’expression bienvenue de la colère populaire ? Le rapport insiste à juste titre sur la nécessité de massifier le mouvement en l’ancrant dans les revendications de chaque entreprise. Cependant toutes les actions, mêmes minoritaires, qui perturbent la marche du profit sont utiles dans le rapport des forces. Et les structures locales de la CGT devraient, plutôt que les condamner, en être la cheville ouvrière.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0