Communistes libertaires de la CGT

Commission Exécutive Confédérale d’avril 2018

mercredi 25 avril 2018

La dernière réunion de la CEC tenait sur trois points : l’actualité sociale, le syndicalisme international, le 52° Congrès. Nous pourrions nous retrouver plus ou moins dans le discours général des rapporteurs si les pratiques réelles correspondaient toujours aux annonces... Un paragraphe cependant dans le rapport d’activité (page 6) pose clairement question :

Cela doit nous amener à réfléchir quant à l’expression de la colère, à l’exploitation qui peut en être faite. La mise à feu d’un mannequin à l’effigie de Macron à Nantes lors d’une manifestation dessert plutôt la cause pour lesquelles les manifestants se battent. A l’inverse les opérations péages gratuits qui ont été menées en territoire en appui aux cheminots permettent de gagner empathie et diffusion de nos arguments.
Le soutien interprofessionnel à la lutte dans les territoires passe en priorité et plus efficacement par le déploiement dans les entreprises et le débat avec les salariés autour des cahiers revendicatifs que par un repli sur formes de radicalisation : blocage de ronds-points et autres.

Une première observation s’impose : la CGT s’est habituée, à tous les étages, à poser la question de l’opinion publique comme une priorité. Bien sûr il est préférable dans une lutte de « gagner l’opinion publique ». Mais bien sûr que c’est d’abord dans le rapport de force avec le patron ou l’Etat que se gagne, ou pas, un conflit. En clair une grève ou un blocage impopulaire est plus efficace qu’un mouvement « populaire » qui laisserait les profits du patronat intacts.

Une deuxième observation découle de la première : le syndicalisme cesse d’être révolutionnaire dès qu’il prétend canaliser la colère des travailleurs pour devenir un interlocuteur responsable. Au moment où la police de Macron matraque à tout va, la CGT s’offusque d’une effigie brûlée ? D’un rond-point bloqué ?

Alors que mille raison de brûler et bloquer nous sont infligées chaque jour par les patrons et leur gouvernement, la direction confédérale s’inquiète de l’expression bienvenue de la colère populaire ? Le rapport insiste à juste titre sur la nécessité de massifier le mouvement en l’ancrant dans les revendications de chaque entreprise. Cependant toutes les actions, mêmes minoritaires, qui perturbent la marche du profit sont utiles dans le rapport des forces. Et les structures locales de la CGT devraient, plutôt que les condamner, en être la cheville ouvrière.

Débats du 53° congrès

  • Des militantes mobilisées autour de Marie Buisson

    17 janvier
    Vous trouverez ci joint un appel lancé par des dizaines de syndicalistes CGT dont des membres du bureau confédéral. Et aussi des figures bien connues comme Maryline Poulain dont le travail autour des sans-papiers ne pourra pas être disqualifié en le traitant de dérive « sociétale ».
    Lors d’une réunion récente des secrétaires généraux des fédérations la candidature pourtant largement validée par la CEC de (...)
  • Les lambertistes en campagne contre Marie Buisson

    10 janvier
    Les lambertistes du POI, affaiblis depuis la scission avec le POI-D, sont connus pour être le courant le plus brutal et manipulateur du trotskisme français. Ils sont connus aussi pour leur infiltration dans la franc-maçonnerie, et leur place importante dans Force ouvrière. Les plus anciens se souviennent que Lionel Jospin vient de ce courant. Officiellement « prêté » au PS pour faire face au PCF dans (...)
  • Des amendements féministes à débattre pour le 53°

    10 janvier
    Le collectif de militantes qui s’était signalé par un premier tract lors du dernier CCN publie une longue série d’amendements en espérant que les syndicats s’en emparent. En voici le texte. Vous pouvez contacter le collectif : syndicat.cgt.safe gmail.com
    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP PROPOSITIONS D’AMENDEMENTS AU DOCUMENT D’ORIENTATION DU 53ÈME CONGRÈS
    Amendement 2T283 (Thème 2, paragraphe 283) (...)
  • Mateu pose sa candidature contre Marie Buisson

    19 décembre 2022
    Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale des Bouches du Rhône, vient d’annoncer sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT après que le Bureau confédéral ait validé la candidature de Marie Buisson. Et les commentateurs de souligner la nouveauté de cette situation.
    Mais en vrai il n’est pas nouveau que plusieurs dirigeants s’affrontent pour prendre le poste. Sauf qu’alors (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0