Communistes libertaires de la CGT

Déconfinement : Réaction à chaud

mardi 28 avril 2020

Edouard Philippe vient de parler. Nos premières réactions :

Dans son préambule, le Premier Ministre fait endosser les erreurs et les errements politiques sur les scientifiques qui auraient trop souvent changé d’avis : les concernés sauront apprécier... Quand au traçage informatique des malades, il préfère reculer devant l’hostilité qui monte jusque parmi ses propres députés ; et l’opinion de nombreux scientifiques qui estiment que le rapport gain/goût du système n’est pas au rendez-vous.

Sauf les cafés/restaurants (il n’a pas évoqué les hôtels ?) toutes les entreprises doivent reprendre en protégeant les salariés « quand les moyens le permettent ». Voilà bien un flou qui masque mal un loup ! Sans rapport de force collectif, sans présence syndicale combative, les salariés sont donc renvoyés au travail sans vraies mesures de protection.

Les crèches, maternelles et primaires doivent réouvrir mais avec des effectifs réduits et des protections renforcées. Soit mais par qui et comment seront choisi les enfants refusés ? Comment croire que les conditions d’hygiènes déjà très insuffisantes dans la majorité des écoles seront soudainement suffisantes et même renforcées ? De nombreux maires ont déjà fait savoir leur refus d’ouvrir. Et pas que pour de bonnes raisons mais bien parce qu’ils n’ont jamais mis les moyens nécessaires dans leurs établissements !

Le télétravail et le chômage partiel sont maintenus jusqu’au 2 juin et les entreprises devront mettre en oeuvre des horaires différenciés pour soulager les transports en commun. Cette annonce est au mieux ridicule (les commerces et les services vont ouvrir en décalé très tôt le matin et/ou très tard le soir ?) au pire elle va permettre une dérégularisation massive du temps de travail !

Mais dans tous les cas qui peut croire que les mesures barrières seront respectées dans les transports urbains déjà saturés, en particulier en Ile de France ? Un siège sur deux disponible dans une rame de métro alors qu’il est déjà quasi impossible de s’assoir sauf à monter en terminus de ligne ! Avec une promesse (!) de 70% du trafic assuré, c’est assurément la promesse de faire la queue jusqu’en dehors des stations avant de patienter dans les couloirs pour espérer accéder aux quais !!!

Enfin avec 10 personnes maximum dans une manifestation ou une réunion publique, il cherche, sans surprise, à verrouiller l’expression de la colère populaire. Pour les manifs les directions syndicales vont devoir être créatives : déposer des dizaines de parcours par groupe de dix manifestants dans les grandes villes ? Ne plus déposer de demande et assumer face aux préfectures ?

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0