Communistes libertaires de la CGT

Douai : Violences policières intolérables

mardi 19 avril 2016

Nous reproduisons ici une déclaration de l’UL de Douai (59) :

Ce samedi 16 avril 2016 à Dechy, le Ministre Patrick KANNER venait inaugurer un city stade. Nous avons profité de cette occasion pour l’interpeller sur la loi travail. Une délégation de 5 camarades de la CGT a donc été reçue par ce même individu, en présence du sous-préfet et du maire de Dechy.

Ce ministre ou ce sinistre nous a rit au nez pendant 30 minutes, avec affirmation et mépris il nous a affirmé que la loi travail ne sera jamais retirée et qu’elle passera par tous les moyens.

Cet individu nous affirme que tout va bien dans le meilleur des mondes !! Tout va bien pour notre jeunesse, nos retraités, les salariés, les privés d’emplois, et que ça n’a jamais été aussi bien pour les pauvres !! Il nous a même affirmé que les bas salaires avaient augmenté de 150 euros par mois !!

Il nous parle de violents casseurs, foutaise ! Les casseurs ce sont les forces de l’ordre employées par l’état, les charges policières sont systématiques et violentes, les socialistes veulent mater le peuple à coup de matraque, flash Ball, taser, etc.

Nous lui avons aussi affirmé qu’il n’y a pas de casseurs dans nos manifestations et rassemblements mais que des camarades avaient juste d’autres méthodes d’actions que d’envoyer une carte postale à un pseudo président pour faire retirer une loi, et que nous respections chaque méthode d’action.

Après les guignolades du « sinistre » nous nous rendons sur le lieu de l’inauguration, plusieurs camarades présents, sifflets, insultes « socialistes fascistes », « socialo colabo », fumigènes, pétards, bref un chaleureux accueil.

Ils repartent à la mairie pour un discours et petits fours, nous les suivons on lâche rien !!

Sur place nous avons affaire à un déferlement de haine et de violences de la police douaisienne, plusieurs camarades sont molestés, insultés, menaces de gazage, d’interpellations, tous cela sous l’ordre du sous-préfet qui quelques minutes avant nous faisait des courbettes. Le plus violent de tous fut notre commissaire préféré « Mister Courtecuisse » un fanatique du maintien de l’ordre, peut-être un complexe personnel. Il a ordonné de nous évacuer avec violence par des flics en civils à moitié cagoulés, habillés bizarrement comme nos soi-disant casseurs dans nos manifs. La sono a été détériorée par ces mêmes individus toujours sur ordre du petit commissaire. Plus loin six camarades se retrouvent privés de liberté pendant plus d’une heure, bloqués par une dizaine de casseurs ou flics ?? On ne sait toujours pas comment qualifier ces individus.

L’Union Locale de Douai condamne fermement les violences policières de ce samedi à Dechy, mais plus généralement nous apportons tout nôtre soutien et nôtres solidarité à toutes les victimes de la répression d’Etat !! Nous affirmons aussi que nous ne lâcherons jamais, plus encore camarades nous devons réagir fermement devant ces individus armés jusqu’aux dents. N’oubliez jamais en quarante ce sont ces mêmes individus qui ont mis des êtres humains dans les trains !!

Face à tout ce qui ce passe actuellement nous devons être encore plus nombreux le 28 avril journée nationale d’actions et de manifestations !

LA SOLIDARITE EST NOTRE ARME !!!

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0