Communistes libertaires de la CGT

Douai : Violences policières intolérables

mardi 19 avril 2016

Nous reproduisons ici une déclaration de l’UL de Douai (59) :

Ce samedi 16 avril 2016 à Dechy, le Ministre Patrick KANNER venait inaugurer un city stade. Nous avons profité de cette occasion pour l’interpeller sur la loi travail. Une délégation de 5 camarades de la CGT a donc été reçue par ce même individu, en présence du sous-préfet et du maire de Dechy.

Ce ministre ou ce sinistre nous a rit au nez pendant 30 minutes, avec affirmation et mépris il nous a affirmé que la loi travail ne sera jamais retirée et qu’elle passera par tous les moyens.

Cet individu nous affirme que tout va bien dans le meilleur des mondes !! Tout va bien pour notre jeunesse, nos retraités, les salariés, les privés d’emplois, et que ça n’a jamais été aussi bien pour les pauvres !! Il nous a même affirmé que les bas salaires avaient augmenté de 150 euros par mois !!

Il nous parle de violents casseurs, foutaise ! Les casseurs ce sont les forces de l’ordre employées par l’état, les charges policières sont systématiques et violentes, les socialistes veulent mater le peuple à coup de matraque, flash Ball, taser, etc.

Nous lui avons aussi affirmé qu’il n’y a pas de casseurs dans nos manifestations et rassemblements mais que des camarades avaient juste d’autres méthodes d’actions que d’envoyer une carte postale à un pseudo président pour faire retirer une loi, et que nous respections chaque méthode d’action.

Après les guignolades du « sinistre » nous nous rendons sur le lieu de l’inauguration, plusieurs camarades présents, sifflets, insultes « socialistes fascistes », « socialo colabo », fumigènes, pétards, bref un chaleureux accueil.

Ils repartent à la mairie pour un discours et petits fours, nous les suivons on lâche rien !!

Sur place nous avons affaire à un déferlement de haine et de violences de la police douaisienne, plusieurs camarades sont molestés, insultés, menaces de gazage, d’interpellations, tous cela sous l’ordre du sous-préfet qui quelques minutes avant nous faisait des courbettes. Le plus violent de tous fut notre commissaire préféré « Mister Courtecuisse » un fanatique du maintien de l’ordre, peut-être un complexe personnel. Il a ordonné de nous évacuer avec violence par des flics en civils à moitié cagoulés, habillés bizarrement comme nos soi-disant casseurs dans nos manifs. La sono a été détériorée par ces mêmes individus toujours sur ordre du petit commissaire. Plus loin six camarades se retrouvent privés de liberté pendant plus d’une heure, bloqués par une dizaine de casseurs ou flics ?? On ne sait toujours pas comment qualifier ces individus.

L’Union Locale de Douai condamne fermement les violences policières de ce samedi à Dechy, mais plus généralement nous apportons tout nôtre soutien et nôtres solidarité à toutes les victimes de la répression d’Etat !! Nous affirmons aussi que nous ne lâcherons jamais, plus encore camarades nous devons réagir fermement devant ces individus armés jusqu’aux dents. N’oubliez jamais en quarante ce sont ces mêmes individus qui ont mis des êtres humains dans les trains !!

Face à tout ce qui ce passe actuellement nous devons être encore plus nombreux le 28 avril journée nationale d’actions et de manifestations !

LA SOLIDARITE EST NOTRE ARME !!!

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0