Communistes libertaires de la CGT

Filpac : le congrès explose en plein vol

mercredi 6 avril 2022

On savait que le 9° congrès de la Filpac, qui s’est ouvert lundi 4 avril serait tendu : une fédération effondrée à 13 000 adhérents dont un grand nombre de retraités, une bataille d’égo qui a fait le vide au sein même du bureau fédéral, des débats d’orientations impossibles et biaisés, le tout sur un fond objectivement difficile de déclin irrémédiable du secteur graphique.

Contrairement à ce qu’on entend parfois dans les couloirs de Montreuil, la bataille n’est pas entre « graphiques » et « papetiers ». C’est avant tout une longue dégénérescence démocratique où les egos jouent à plein les coups tordus, les retournements d’alliances et le partage des places de chef.

Tenu à l’écart de la vie fédérale, le syndicat général du livre parisien (SGLCE - 2 000 adhérents) a très longtemps hésité entre une position de retrait volontaire et une politique de présence combative dans les instances fédérales. Puisque finalement il était en position de force pour négocier sur son champs central, la presse parisienne, avec ou sans et même contre la direction fédérale...

C’est ainsi qu’il n’était pas illégitime que la Commission exécutive du SGLCE décide, par défiance, de retenir jusqu’au congrès l’essentiel de ses cotisations fédérales dans l’espoir de retrouver une place à la hauteur de ce qu’il représente. Décisions prise après de longs débats, des militants pointant du doigt le risque de se mettre en position de faiblesse vis-à-vis des autres syndicats en région.

Et c’est ainsi qu’en effet la direction fédérale usa de l’argument « cotisations » pour organiser un vote en ouverture de congrès pour exclure les cinq candidats du SGLCE à la futur commission exécutive nationale de la Filpac. Cinq candidats parmi lesquels, excusez du peu, David Dugué, n°2 de la confédération et Elsa Conseil qui fut coordinatrice de l’activité fédérale Filpac avant de devenir cheffe du cabinet de Martinez !

Notons qu’après avoir dénigré « Info’com » la direction fédérale semble prête à s’appuyer sur ce syndicat qui n’a de « combatif » que ses visuels sur internet...

Ne restait plus au SGLCE qu’à quitter le congrès, suivi par le syndicat des rotativistes (SIP-C) et les délégués « papetiers » de la Chapelle Darblay qui ont pris le temps de lire une déclaration fustigeant le secrétariat fédéral.

Impossible de dire à cette heure si un replâtrage sous l’égide du Bureau confédéral est encore possible, Martinez devant intervenir demain jeudi devant les congressistes. Où s’il faut s’attendre à la création d’un nouveau regroupement fédéral et sous quel forme. Ce qui resterait historiquement un drame épouvantable pour l’unité des travailleurs de la branche alors même qu’en 1936 le Livre joua un rôle dans la réunification syndicale et qu’en 1947, l’immense majorité des syndiqués décidèrent de ne pas suivre la scission FO ! Et dire que cette douloureuse explosion se joue pour l’essentiel entre militants qui ont tous de près ou de loin une attache forte au même parti : le PCF...

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0