Communistes libertaires de la CGT

Ford : 18 juin, l’appel des 24h du Mans !

vendredi 3 juin 2016

Nous publions ici l’appel de la CGT-Ford à propos des 24h du Mans. Y a pas que le foot en juin !

FORD « FÊTE » SON GRAND RETOUR AUX 24H DU MANS : NOUS Y SERONS AUSSI ! POUR DÉFENDRE LE VRAI RETOUR DE FORD À BLANQUEFORT

Nous n’irons pas faire la course, il était trop tard pour inscrire le véhicule Tournéo du CE. Pourtant nous avions bien boosté le moteur et nous y étions prêts.
Ce n’est pas grave, nous irons quand même au Mans, nous les salariés, les militants de la CGT, mais aussi toutes celles et ceux qui le souhaitent, qui sont convaincus que nous avons tout intérêt à défendre nos emplois, les emplois induits, à défendre l’activité sur le site à un niveau élevé, à défendre nos salaires et une répartition plus juste des richesses produites, celles que nous produisons nous d’ailleurs.
Bien sûr que c’est une idée folle, une nouvelle aventure compliquée. Partir le samedi 18 juin au matin, en voiture en mode caravane, se faire voir devant le circuit, puis repartir et rentrer le soir, c’est l’histoire d’une journée, nos 24 h du Mans à nous.
Ford en avait marre de son stand redécoré par les salariés en lutte à chaque édition depuis 2008, au point d’abandonner la place cette année. Ford préfère aller au Mans pour son retour médiatisé et fêté.
Alors on s’est dit que nous allions les suivre, fidèles au poste, sachant que nous avons les moyens de bousculer la multinationale et ainsi d’exercer une pression pour que soit décidé de nouveaux investissements qui garantissent une réelle activité et les 1000 emplois minimum promis.
C’est important de montrer que nous refusons de lâcher, que nous sommes toujours déterminés à défendre l’avenir de l’usine et de tous ses emplois, que nous sommes toujours là, un peu comme des pots de colle. Si nous pouvions être un certain nombre à y venir, ça se verrait, ça aidera pour la suite.
Nous invitons dès maintenant les collègues à venir discuter des modalités avec les militants de la CGT, de s’inscrire, d’aider à financer « l’opération ».
Après le train, après le bus, nous voilà avec la voiture, nos voitures. Le Mans c’est 5 heures de route, c’est le péage, le carburant, c’est environ des frais pour les autos. L’idée c’est que nous soyons 4 par véhicule avec le plus de voitures possible. Donc il nous faut des véhicules, des chauffeurs.
Question financement, nous en appelons à une aide des collègues qu’ils viennent ou pas, à l’extérieur de l’usine aussi. De manière à ce que cela coûte le moins possible aux participants.
C’est une action nouvelle, tout n’est pas précisément défini, alors nous préciserons dès que nous le pourrons, au fil des jours.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)