Communistes libertaires de la CGT

General Motors : Le retour des grèves aux USA ?

lundi 28 octobre 2019

Quelques extraits de l’article à découvrir sur Médiapart : Aux Etats-Unis, les grèves font leur retour PAR MATHIEU MAGNAUDEIX
ARTICLE PUBLIÉ LE DIMANCHE 27 OCTOBRE 2019

"Qualifié par le Washington Post d’« une des grèves les
plus importantes dans le secteur privé depuis vingt ans
 », le mouvement a fini par payer. Pourtant, au début
du conflit, la direction de l’entreprise avait annoncé
la suppression de la protection maladie santé des
grévistes, liée à leur emploi.«  »Au bout de quarante jours d’arrêt de travail, la majorité
des 50 000 salariés grévistes de General Motors
(GM) a accepté vendredi 25 octobre de reprendre
le travail. Jamais depuis 1973 le groupe automobile
américain, longtemps numéro un mondial du secteur,
n’avait connu une grève aussi longue.
Cinquante usines aux États-Unis ont été affectées, en
particulier dans la région de Detroit (Michigan), le
berceau industriel de GM. Les salariés ont perdu des
centaines de millions de dollars en salaires, tenant les
piquets de grève vingt-quatre heures sur vingt-quatre.
Mais après plus de cinq semaines, ils obtiennent
des concessions réelles : un bonus de 11 000
dollars, des augmentations de salaires, mais aussi des
rattrapages de salaires pour les employés les plus
mal payés, en particulier ceux embauchés après la
crise financière.«  »les syndicats trouvent un
accord. Il est loin de contenter tous les salariés – 43 %
d’entre eux étaient d’ailleurs pour continuer la grève.
La direction va en effet poursuivre son projet de fermer
trois usines.
Quant au bonus individuel de 11 000 dollars attribué
aux salariés, il est égal à ce que leur patronne, Mary
Barra, touche… en une heure de travail. Son salaire
est en effet de 22 millions de dollars par an, c’est-à dire
281 fois la paie du salarié moyen de GM."

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0