Communistes libertaires de la CGT

Le Figaro contre Macron !

jeudi 27 février 2020

L’antique quotidien préféré de la bourgeoisie française est obligé de voler à la défense de ses lecteurs, les cadres supérieurs, mais sans fâcher les patrons : exercice délicat !

Extraits :

« Les cadres supérieurs devraient être les grands perdants de la réforme des retraites. Le projet de loi actuel modifie substantiellement la contribution des 350 000 personnes qui gagnent plus de 120 000 euros de revenus par an. »

« les cadres du privé pourraient être aussi les grands perdants de la réforme des retraites. Ils vont d’abord être pénalisés par le futur mode de calcul, qui prendra en compte toute la vie professionnelle au lieu des 25 meilleures années de salaire. Leur pension va donc mécaniquement baisser, du fait de l’intégration des faibles rémunérations de début de carrière. Certes, ce sera la règle pour tous mais parce qu’ils ont des carrières ascendantes, les cadres y perdront plus que des salariés effectuant tout leur parcours au Smic. » (Faut-il préciser que pour les smicards, c’est pas grave !)

« Le futur système universel ne permettra pas d’autre part d’acquérir des points de retraite au-delà de la limite de trois fois le plafond de la Sécurité sociale (PASS), soit 120 000 euros de revenu brut annuel, au lieu de 8 PASS aujourd’hui, soit 320 000 euros. Les 350 000 cadres supérieurs qui gagnent davantage ne cotiseront donc plus - et leur employeur non plus - (faut-il préciser que pour les patrons, c’est pas grave !!)pour leur retraite au-delà de ce seuil. Conséquence directe : leur « taux de remplacement », c’est-à-dire le rapport entre la première pension et le dernier salaire perçus, va chuter. »

« Les cadres supérieurs cotiseront moins et verront donc leur retraite baisser, charge à eux de compenser en épargnant individuellement. Une mesure qui a suscité les critiques de l’extrême gauche sur une ouverture du système français aux fonds de pension et à la capitalisation. Et ce même s’il s’agit d’une ouverture très timide portant sur moins de… 4 % de la masse salariale. Mais là encore les cadres devraient y perdre. D’une part parce que leurs cotisations sont aujourd’hui défiscalisées, ce qui pourrait ne pas être le cas de versements d’épargne volontaire. D’autre part parce qu’ils perdent la part de cotisation versée par leur employeur (faut-il préciser que pour les employeurs c’est pas grave !!!) au-delà des 3 PASS. »

Article du 25 fév. 2020 par Marie-Cécile Renault@firenault

Débats du 53° congrès

  • Des militantes mobilisées autour de Marie Buisson

    17 janvier
    Vous trouverez ci joint un appel lancé par des dizaines de syndicalistes CGT dont des membres du bureau confédéral. Et aussi des figures bien connues comme Maryline Poulain dont le travail autour des sans-papiers ne pourra pas être disqualifié en le traitant de dérive « sociétale ».
    Lors d’une réunion récente des secrétaires généraux des fédérations la candidature pourtant largement validée par la CEC de (...)
  • Les lambertistes en campagne contre Marie Buisson

    10 janvier
    Les lambertistes du POI, affaiblis depuis la scission avec le POI-D, sont connus pour être le courant le plus brutal et manipulateur du trotskisme français. Ils sont connus aussi pour leur infiltration dans la franc-maçonnerie, et leur place importante dans Force ouvrière. Les plus anciens se souviennent que Lionel Jospin vient de ce courant. Officiellement « prêté » au PS pour faire face au PCF dans (...)
  • Des amendements féministes à débattre pour le 53°

    10 janvier
    Le collectif de militantes qui s’était signalé par un premier tract lors du dernier CCN publie une longue série d’amendements en espérant que les syndicats s’en emparent. En voici le texte. Vous pouvez contacter le collectif : syndicat.cgt.safe gmail.com
    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP PROPOSITIONS D’AMENDEMENTS AU DOCUMENT D’ORIENTATION DU 53ÈME CONGRÈS
    Amendement 2T283 (Thème 2, paragraphe 283) (...)
  • Mateu pose sa candidature contre Marie Buisson

    19 décembre 2022
    Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale des Bouches du Rhône, vient d’annoncer sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT après que le Bureau confédéral ait validé la candidature de Marie Buisson. Et les commentateurs de souligner la nouveauté de cette situation.
    Mais en vrai il n’est pas nouveau que plusieurs dirigeants s’affrontent pour prendre le poste. Sauf qu’alors (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0