Communistes libertaires de la CGT

Livre parisien : Un congrès trop tranquille

lundi 27 juin 2022

Le 19° congrès du Syndicat général du livre et de la communication écrite s’est tenu dans la grande salle du CCN les 23 24 et 25 mai dernier. Revendiquant encore près de 2 000 adhérents pour l’essentiel en région parisienne, présent dans les sièges éditoriaux, dans la distribution de la presse, le routage des abonnés et dans les imprimeries du Labeur c’est en imprimeries de presse quotidienne nationale qu’il exerce toujours un rôle incontournable.

Le nombre des invités appelés à intervenir : URIF, UD 75, SNJ-CGT démontre la place que tient toujours le SGLCE dans la vie syndicale en Région parisienne. Et la présence d’une délégation du syndicat des rotativistes (SIPC), permet d’espérer l’effacement des années d’affrontements corporatistes entre les deux syndicats CGT.

Après sa brutale mise à l’écart lors du congrès de sa fédération, la Filpac*, on aurait pu s’attendre à un congrès agité, voir fiévreux. Il n’en fut rien. Les débats en cours sur l’attitude à adopter (trouver un compromis, créer une nouvelle fédération, rejoindre une autre fédération...) ont été purement et simplement renvoyés à la méditation de la future commission exécutive. Même si à la buvette du congrès chacun avait bien son idée sur l’avenir...

Le seul débat vraiment marquant aura tourné autour du bilan des batailles sur la distribution de la presse et la liquidation de l’ex-filiale des NMPP en province : les SAD. Le rouleau compresseur qui écrase toute la distribution progressivement depuis des années n’a pas pu être arrêté et la casse s’est faite sans un plan social de très haut niveau tel qu’on les connaît en presse depuis 1976. Les différents protagonistes du dossier ont pu à nouveau exprimer les divergences d’appréciation, chacun avec une part d’arguments convaincants. Reste que la destruction progressive des emplois et des statuts sur fond d’effondrement des tirages et des ventes finit par affaiblir globalement le rapport de force des travailleurs. Le gouvernement comme les patrons l’ont bien compris et il faut craindre que l’époque des plans sociaux « en or » soit derrière nous, sauf dans les imprimeries de presse quotidienne.

Un débat moins central mais surprenant a surgit lors du vote la traditionnelle résolution d’actualité. Quelques voix ont réclamé que le syndicat appelle à voter Nupes pour les présidentielles mais une claire majorité s’y est opposée en avançant l’indépendance syndicale mais aussi le respect du pluralisme politique dans les rangs du syndicat.

L’élection d’un correcteur comme administrateur du syndicat est d’ailleurs venu souligner le renforcement du respect du pluralisme dans le SGLCE et parachever le succès de l’intégration du vieux syndicat anarcho-syndicaliste des Correcteurs au sein du SGLCE.

A l’occasion de ce congrès, en votant très majoritairement pour le bilan, les documents d’orientations et les membres de la CE, les militants parisiens ont démontré que leur syndicat, même affaibli, reste uni. Et pour contrer les mauvais coups à venir, cette unité sera plus que jamais indispensable.

*lire nos articles :
http://www.communisteslibertairescg...
http://www.communisteslibertairescg...

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0