Communistes libertaires de la CGT

Martinez sur BFM : Peut mieux faire !

dimanche 27 août 2017

Nous publions un petit message envoyé par des camarades de Seine-St-Denis :

Nous avions organisé un petit apéro ce dimanche entre retour de vacances et rentrée de la CGT à la télé. Passons sur les vacances, trop courtes...

Philippe Martinez a encore beaucoup de progrès à faire dans les médias. C’est un constat, neutre. Cela ne préjuge en rien de sa capacité à être un bon secrétaire général, ni même des orientations de la confédération. Néanmoins c’est un problème bien réel de crédibilité. A de nombreuses reprises nous avons trépigné devant la faiblesse de ses réponses, y compris quand la journaliste lui tendait des perches qu’il n’a pas su saisir.

Philippe n’a pas dit des grosses bêtises. Ouf ! Mais deux choses ont heurté nos oreilles : « il faut bien des patrons » et « les actionnaires doivent être rémunérés ». Là il y a un désaccord majeur ! Philippe a déjà dit l’an passé qu’il pensait que « le syndicalisme est réformiste par essence ». Pour nous c’est idée est fausse et dangereuse, renvoyant le changement révolutionnaire aux calendes électorales. Certes chaque compromis signé à l’occasion d’une lutte n’est qu’une « réforme ». Mais deux syndicalismes existent : celui, réformiste, qui se satisfait du compromis trouvé et celui, révolutionnaire, qui engrange le compromis comme le fruit d’un rapport de force insuffisant et temporaire sans cesser de préparer la révolution.

La lucidité et le réalisme sur les rapports de forces entre travailleurs et patrons n’est pas « réformiste » mais indispensable à un syndicalisme révolutionnaire crédible et audible. Accepter un compromis boiteux voir un recul n’est pas trahir quand le rapport de force n’est pas au rendez-vous. Encore faut-il avoir tout tenté pour le construire et ne pas faire passer un recul pour un succès.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0