Communistes libertaires de la CGT

Métallurgie : Congrès de la Fédération

jeudi 4 janvier 2018

Nous reprenons ici un article publié sur le site d’alternative libertaire :

Une combativité pas négligeable, mais pas de projet anticapitaliste pour enrayer la désindustrialisation… La fédération CGT de la métal­lurgie donne parfois l’impression de vouloir « conseiller les décideurs ». Ce n’est pas notre rôle !

Ambiance mitigée au 41e congrès de la fédération CGT de la Métallurgie, qui s’est tenu du 20 au 24 novembre à Dijon. Sur les 485 délégué.es attendu.es, seul.es 390 ont fait le déplacement. Une faible participation qui témoigne du manque d’investissement de nombreux syndicats dans la vie fédérale. Le document d’orientation a d’ailleurs été très peu amendé. La fédération espère améliorer la participation, à l’avenir, en renforçant la formation syndicale, et incite les élu.es et mandaté.es à à utiliser au moins 50 % de leur temps de décharge pour s’activer hors de l’entreprise, que ce soit au niveau fédéral ou interpro.

Beaucoup de syndicats pèchent en effet par un localisme excessif, le repli sur leur boîte… qui pourtant ne fonctionne pas en autarcie !

L’ensemble de la branche métallurgie est ainsi menacée par la mise en place d’une convention collective particulièrement régressive, qui pourrait ensuite inspirer d’autres branches. Elle prévoit notamment la mise en place de la « quotation au poste » qui permettrait à l’employeur de payer les salarié.es non plus en fonction de leur savoir-faire et de leur expérience, mais en fonction de la nature de la tâche. C’est donc clairement ouvrir la possibilité de baisses de salaire au gré des changements de postes. La fédération a manifesté le 13 octobre pour peser sur la négociation, en liant cette mobilisation à la lutte plus générale contre les ordonnances Macron.

Dans le mouvement contre la loi Travail, en 2016, la CGT-Métallurgie s’était montrée assez combative, en incitant fortement ses syndicats à organiser des grèves et à oublier un peu de siéger dans les instances paritaires pour participer à des actions de blocage.
Lutte des classes ou « croissance » ?

Lors du discours d’ouverture du congrès, le secrétaire fédéral, Frédéric Sanchez, a prôné une « société plus juste » par le « dépassement du capitalisme ». Dans une posture très internationaliste, il a convoqué la Grèce, le Brésil, l’Argentine la Turquie, l’Inde ou l’Italie pour conclure que « quel que soit le pays, les aspiration à lutter contre le capitalisme sont les mêmes ». Il a également insisté sur l’importance de l’accueil des travailleuses et travailleurs migrants. En revanche, lorsqu’il a appelé à une défense pied à pied de la Sécurité sociale, on n’a pu s’empêcher de s’interroger : dès la 2e page du cahier de congrès, on trouvait une pub pour des assurances… qui justement ont intérêt au recul de la Sécu !

Les textes du congrès sont par ailleurs assez déconnectés de la combativité exprimée en 2016. Consensuels, peu revendicatifs, ils ne témoignent pas d’une grosse ambition sur la transformation sociale et écologique de la société. Au contraire, ils multiplient les références à la « croissance » et au « pouvoir d’achat »… mais ne citent pas une fois la lutte des classes. Ils rejoignent également une tendance de la fédération à s’investir dans un rôle d’expertise syndicale – une caractéristique du recentrage de la CFDT dans les années 1980. Un peu comme lors des Assises de l’industrie, une initiative tenue par la CGT en février dernier, on va donc prodiguer des « conseils » sur les investissements publics, la recherche, la stratégie industrielle… Mais conseiller les décideurs, est-ce que ça a du sens pour une organisation syndicale, tant que l’industrie reste, de toute façon, la propriété privée des capitalistes ?

http://www.alternativelibertaire.or...

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0