Communistes libertaires de la CGT

Nantes : L’Union locale demande un préavis de grève interpro

jeudi 24 mai 2018

La Commission Exécutive de l’UL CGT de Nantes s’adresse à la direction confédérale pour un préavis qui facilite l’activité gréviste et la convergence :

Motion
pour un préavis de grève inter-professionnel couvrant mai-juin-juillet

Cher.e.s camarades,
Nous adressons cette motion à la Confédération. Nous constatons que les niveaux de mobilisation dans les différents secteurs contre le grand plan de destruction social du gouvernement Macron sont divers.
Certains secteurs, comme la SNCF, sont engagés dans un mouvement de grève reconductible. Dans d’autres la situation est « frémissante » comme aux impôts où plusieurs jours de grève sont déposés en mai et un préavis couvre l’ensemble des jours ouvrés de mai, ou encore comme à EDF où des préavis couvrent plusieurs jours.
Dans d’autres secteurs la situation n’est pas encore mûre pour lancer un appel à la grève ayant suffisamment de chances de succès. Pourtant des fronts sont ouverts dans d’autres secteurs contre la politique de casse du gouvernement et, par exemple, dans le mouvement étudiant.
Les cheminot.e.s ou les étudiant.e.s appellent à des actions dans plusieurs ville en France. Le temps que le travail militant dans les entreprises porte ses fruits et permette de conscientiser un plus grand nombre de salarié.e.s, et en continuant celui-ci, nous avons aussi intérêt à pouvoir réunir parfois, sur des actions ponctuelles (actions dans les gares, sur les universités, ailleurs…) le plus grand nombre de militant.e.s, pour que celles-ci soient un succès, et qu’elles constituent à leur tour une base pour une mobiliser dans chaque entreprise.
Mais dans les autres secteurs, aucun préavis ne permet de couvrir des camarades qui souhaiteraient soutenir ces actions. Ceux qui peuvent avoir un minimum de souplesse sur leur congé, ou pour poser des mandats syndicaux le feront, mais de nombreux.euses militant.e.s ne pourront pas, même s’ils.elles le souhaiteraient, participer à ces initiatives. La « convergence des luttes » est dans ce contexte difficile à organiser.
Les situations sont trop diverses en France pour poser des préavis ponctuels adéquats pour toutes et tous. Pour avoir le maximum de souplesse pour organiser un mouvement partout en France, un mouvement qui doit embrasser les couches les plus larges de salarié.e.s s’il veut espérer gagner contre l’ensemble des plans destructeurs en cours, c’est un préavis large, couvrant par exemple les mois restants jusqu’aux grandes vacances qu’il serait judicieux de déposer.
Ainsi dans chaque ville, département et région, selon les réalités propres, les salarié.e.s militant.e.s pourront organiser leur calendrier sans avoir le soucis permanent de savoir « est-ce qu’ils sont couverts par un préavis quelconque ». A chacun.e de construire la mobilisation sur les rythmes qui lui semblent adéquats selon les contraintes et enjeux locaux.
D’où notre demande : Pouvoir disposer d’un préavis de grève inter-professionel couvrant les mois de mai-juin-juillet.
Fraternellement,
L’Union Locale CGT de Nantes
Le 17 mai 2018

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0