Communistes libertaires de la CGT

Nettoyage : opération mains propres à l’UD de Paris

dimanche 21 février 2016

Le Comité général de l’UD 75 réuni ce jeudi 18 février s’est décidé à trancher dans le vif. Le secteur du nettoyage est officiellement dans le périmètre de la Fédération des Ports et Docks mais ses pratiques honteuses sont dénoncées de longue date. A l’inverse et en toute logique de champ de syndicalisation, le syndicat des Hotels parisiens, rattaché au Commerce, mène régulièrement des luttes difficiles mais victorieuses (souvent dans l’unité avec la CNT-SO, très implantée aussi dans ce secteur particulier).

En votant la suspension du Syndicat de la Propreté de la Région Parisienne et en confortant le Syndicat des Hotels de Prestige et Economiques, les délégués au Comité Général ont choisi la voie du combat syndical.

Nous publions ici la déclaration du HPE :

Les syndicats CGT Parisiens réunis ce jeudi 18 février 2016 en Comité Général ont voté la suspension du syndicat CGT de La Propreté de la Région Parisienne et ont refusé de suspendre notre syndicat CGT des Hôtels de Prestige et Economiques.

Notre syndicat se félicite de ces décisions.

Il aura fallu 30 ans pour qu’une structure CGT, en l’occurrence l’Union Départementale des syndicats CGT de Paris, se décide à mettre les pieds dans le plat et à enfin prendre des mesures concrètes contre le syndicat CGT de La Propreté de la Région Parisienne qui déshonore la CGT en pratiquant la corruption avec les entreprises de propreté, voir notamment le reportage « CGT : La couleur de l’argent PARTIE 2 Spécial investigation » sur le dos d’une main d’oeuvre essentiellement d’origine immigrée, fragilisée par les bas salaires pratiqués dans la branche, les problématiques de renouvellement des papiers et de logement.

Se pose dorénavant clairement la question du changement de fédération de ce secteur d’activité qui relève logiquement du Commerce et des Services plutôt que, par un anachronisme inexplicable, de la fédération des Ports et Docks qui dans cette branche navigue en eaux troubles !

Parallèlement les syndicats CGT composant le Comité Général ont refusé de suspendre notre syndicat CGT des Hôtels de Prestige et Economiques dont le caractère offensif, combattif menant des luttes de haut niveau, souvent victorieuses, a été reconnu unanimement.

Il aurait été paradoxal qu’à l’heure où le mouvement syndical, et particulièrement la CGT, subit de plein fouet la dérive droitière du gouvernement Hollande (9 mois de prison ferme pour les 8 de Goodyear du jamais vu depuis 1907 !) et l’ingérence de plus en plus grande du patronat qui se sent pousser des ailes avec une telle politique soumise à la finance et aux multinationales, que notre syndicat soit suspendu.

Le périmètre de nos statuts, qui était en cause, a été élargi lors de notre dernier congrès aux déserts syndicaux dans l’hôtellerie et à la sous-traitance, nécessité oblige.

Nous ne pouvions en effet ignorer plus longtemps les SOS lancés par les femmes de chambre surexploitées du nettoyage hôtelier, coincées entre une CGT de la propreté corrompue et un patronat rétrograde.

Cette victoire de notre syndicat est celle de la reconstitution de la communauté de travail hôtelière, de l’égalité de traitement et de la reconquête des déserts syndicaux dans l’hôtellerie.

Cela ne manquera pas de rehausser la représentativité et le blason de la CGT dans cette branche d’activité.

Vive la lutte ! Vive la CGT !

Paris, le 19 février 2016

A lire :

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0