Communistes libertaires de la CGT

Nettoyage : opération mains propres à l’UD de Paris

dimanche 21 février 2016

Le Comité général de l’UD 75 réuni ce jeudi 18 février s’est décidé à trancher dans le vif. Le secteur du nettoyage est officiellement dans le périmètre de la Fédération des Ports et Docks mais ses pratiques honteuses sont dénoncées de longue date. A l’inverse et en toute logique de champ de syndicalisation, le syndicat des Hotels parisiens, rattaché au Commerce, mène régulièrement des luttes difficiles mais victorieuses (souvent dans l’unité avec la CNT-SO, très implantée aussi dans ce secteur particulier).

En votant la suspension du Syndicat de la Propreté de la Région Parisienne et en confortant le Syndicat des Hotels de Prestige et Economiques, les délégués au Comité Général ont choisi la voie du combat syndical.

Nous publions ici la déclaration du HPE :

Les syndicats CGT Parisiens réunis ce jeudi 18 février 2016 en Comité Général ont voté la suspension du syndicat CGT de La Propreté de la Région Parisienne et ont refusé de suspendre notre syndicat CGT des Hôtels de Prestige et Economiques.

Notre syndicat se félicite de ces décisions.

Il aura fallu 30 ans pour qu’une structure CGT, en l’occurrence l’Union Départementale des syndicats CGT de Paris, se décide à mettre les pieds dans le plat et à enfin prendre des mesures concrètes contre le syndicat CGT de La Propreté de la Région Parisienne qui déshonore la CGT en pratiquant la corruption avec les entreprises de propreté, voir notamment le reportage « CGT : La couleur de l’argent PARTIE 2 Spécial investigation » sur le dos d’une main d’oeuvre essentiellement d’origine immigrée, fragilisée par les bas salaires pratiqués dans la branche, les problématiques de renouvellement des papiers et de logement.

Se pose dorénavant clairement la question du changement de fédération de ce secteur d’activité qui relève logiquement du Commerce et des Services plutôt que, par un anachronisme inexplicable, de la fédération des Ports et Docks qui dans cette branche navigue en eaux troubles !

Parallèlement les syndicats CGT composant le Comité Général ont refusé de suspendre notre syndicat CGT des Hôtels de Prestige et Economiques dont le caractère offensif, combattif menant des luttes de haut niveau, souvent victorieuses, a été reconnu unanimement.

Il aurait été paradoxal qu’à l’heure où le mouvement syndical, et particulièrement la CGT, subit de plein fouet la dérive droitière du gouvernement Hollande (9 mois de prison ferme pour les 8 de Goodyear du jamais vu depuis 1907 !) et l’ingérence de plus en plus grande du patronat qui se sent pousser des ailes avec une telle politique soumise à la finance et aux multinationales, que notre syndicat soit suspendu.

Le périmètre de nos statuts, qui était en cause, a été élargi lors de notre dernier congrès aux déserts syndicaux dans l’hôtellerie et à la sous-traitance, nécessité oblige.

Nous ne pouvions en effet ignorer plus longtemps les SOS lancés par les femmes de chambre surexploitées du nettoyage hôtelier, coincées entre une CGT de la propreté corrompue et un patronat rétrograde.

Cette victoire de notre syndicat est celle de la reconstitution de la communauté de travail hôtelière, de l’égalité de traitement et de la reconquête des déserts syndicaux dans l’hôtellerie.

Cela ne manquera pas de rehausser la représentativité et le blason de la CGT dans cette branche d’activité.

Vive la lutte ! Vive la CGT !

Paris, le 19 février 2016

A lire :

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0