Communistes libertaires de la CGT

Nuit debout et syndicats

mardi 26 avril 2016

Nous publions ci-dessous un tract rédigé par la commission « Grève générale » de Nuit debout (Paris) et des syndicalistes de l’Appel « On bloque tout » :

Nous sommes les milliers de travailleuses/rs, précaires, chômeuses/rs, retraité·e·s, étudiant·e·s et lycéen·ne·s qui se sont levés contre la loi El Khomri. Cette nouvelle injure du gouvernement Hollande est celle de trop, la goutte qui fait déborder un vase déjà plein après plusieurs décennies d’une politique qui se fait, tous gouvernement confondus, contre le peuple, contre les travailleuses/rs, et en faveur des actionnaires, des financiers, des patrons et de leurs profits. Le code du travail est un rempart, durement érigé par un siècle de luttes sociales, entre nos vies et la soif de bénéfice destructrice de notre économie. En “inversant la hiérarchie des normes”, le gouvernement veut remplacer cette protection par des “accords d’entreprises”, négociés entre patrons et salariés. Comme s’il était possible de négocier avec son employeur dans le contexte de chômage et de précarité actuel ! Ce que veut réellement le gouvernement, c’est offrir aux entreprises un contrôle total sur nos vies et nos conditions de travail : durée du contrat, du temps de travail, flexibilité des horaires, rémunération. La loi El Khomri, les attaques particulières aux secteurs ferroviaires (casse du RH077, code du travail des cheminot·e·s), hospitaliers (loi Hirsch), la renégociation de l’assurance chômage, sont les symptômes d’un système malade, qui veut disposer d’une “masse salariale” que les pressions du chômage et de la précarité maintiendraient toujours plus inoffensive et malléable. Les laisser franchir ce cap, ce serait abdiquer de notre sort pour les années à venir, entrer dans un engrenage où nos vies seront broyées. Ces dix dernières années, la production française a généré environ 2000 milliards d’euros par an. Sur ces 2000 milliards, 400 ne sont pas réinvestis par les entreprises, et vont donc directement dans les poches d’une oligarchie qui ne représente pas le centième de la population ! En parlant de “compétitivité”, d’“aider les entreprises”, le gouvernement et le patronat prétendent agir dans l’intérêt général, alors que les salariés n’en touchent pas une miette, alors que nos efforts ne profitent qu’à eux !
Mais nous avons le pouvoir de faire plier le gouvernement et la petite minorité qu’il sert ! Il faut bloquer leur économie, leur transports, leurs usines, toutes leurs entreprises ! Elles sont entre nos mains, en notre pouvoir ! Nous ne nous laisserons pas déposséder de nos vies et de nos conditions de travail pour engraisser leur économie bancale ! Il est temps qu’elle devienne la NÔTRE ! Mobilisons-nous dans nos entreprises ! Réunissonsnous en assemblées générales ! Arrêtons le travail ! Retrouvons-nous chaque soir aux Nuits Debout ! Le 28 avril, rejoignons les travailleurs intermittents, cheminots, hospitaliers et syndicats de tous secteurs qui appellent à la grève générale reconductible ! Militants et représentants syndicaux sont invités à prendre la parole le 28 au soir place de la République.
Appel de la Nuit Debout, soutenu par des syndicalistes de l’appel “On bloque tout”, par la Coordination Nationale Étudiante et les syndicats SOLIDAIRES, CNT-SO, CNT TOU-TE-S DEBOUT POUR LA GRÈVE GÉNÉRALE

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0