Communistes libertaires de la CGT

PSA Poissy : La CGT décapitée

jeudi 10 février 2022

La création d’un second syndicat via une minorité de syndiqués CGT de l’usine PSA-Stellantis de Poissy (Yvelines) sur le site est en soi une violation des statuts.

Ce second syndicat CGT, porté par l’UD 78 et la Fédération de la Métallurgie est clairement minoritaire et ouvre la voie à la création d’un syndicat SUD ou indépendant de la part des militants exclus de fait. Bref la manoeuvre est un scandale syndical !

JP Mercier, dirigeant CGT de l’usine d’Aulnay jusqu’à sa fermeture et délégué syndical central du groupe PSA s’est fait connaître à l’occasion de la longue lutte, hélas assez minoritaire, contre la fermeture et pour un plan social plus favorable. A l’époque, sans relève crédible d’un militant issu du PC, le deal ne posait aucun problème...

La direction de Lutte ouvrière, dont Mercier est membre, a alors choisit d’instrumentaliser ce militant qui tranchait avec la langue de bois Laguiller/Arthaud. Et JP Mercier, devenu familier des plateaux de télé (en particulier BFM), est apparu de manière interchangeable porte parole de LO et de la CGT... Posture que nous récusons mais que les militants du PCF et de la FI assument sans complexe pour eux-mêmes !

Est-ce celà que paye aujourd’hui Mercier, muté à Poissy après la fermeture d’Aulnay ? Est-ce des méthodes brutales de fraction politique qui rappellent celles des belles années du stalinisme ? Car nous n’avons pas oublié comment des militants exaspérés d’Aulnay sont partis fonder un SUD en étant qualifiés d’agents de la direction. Nous n’avons pas oublié non plus comment la CGT-Mercier et l’UD CGT 93 sont restés aux portillons de l’usine d’Aulnay quand SUD, avec des renforts extérieurs, se sont avancés à l’entrée du parking pour chasser physiquement des militants du FN...

D’autres questions se posent :
L’UD 78 et la Fédé des Métallos ont-ils pu prendre cette initiative de division sans l’accord de Martinez ? Pourquoi frapper maintenant les militants de LO alors qu’ils avaient manifestement un modus vivendi avec les directions fédérales : nous construisons à la base et nous restons discrets dans les débats de « sommets » ?

Bref, quelques soient les erreurs des militants de LO dans le groupe PSA, la dénonciation du syndicat historique auprès du DRH et au profit du syndicat croupion est une manière inadmissible de régler les débats internes aux syndicats. Elle livre les militants du syndicat historique à la répression patronale ! Une jurisprudence pour faire taire les voix discordantes et un affaiblissement prévisible de la CGT dans le secteur auto.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0