Communistes libertaires de la CGT

Pas d’émancipation sociale sans issue écologique

samedi 24 avril 2021

En signant le pacte « plus jamais ça » avec d’autres syndicats et des associations écologistes l’an passé, la CGT rattrapait soudainement un certain retard sur les questions environnementales, trop longtemps sacrifiées au nom d’une logique productiviste protégeant des emplois dans une vision de court terme pour les salariés, mais de long terme quant aux méfaits en terme de pollution.

Plus personne ne peut ignorer la catastrophe climatique qui arrive. Ni ignorer que les plus pauvres payeront le plus cher les conséquences du choc sur leurs conditions de vie. La pandémie de Covid illustrant à merveille comment nos cadres supérieurs télé-travaillent dans des îles paradisiaques pendant que l’ouvrier reste au charbon dans son usine et sa cité...

Il était donc urgent de prendre en compte sérieusement l’urgence climatique en même temps que l’urgence sociale. Même si c’est plus facile à dire qu’à faire. Car dans la logique capitaliste, il est illusoire d’imaginer une « transition écologique » qui ne soit pas démagogique et mensongère. Et qu’il n’est pas simple de conjuguer concrètement, boite par boite, défense de l’emploi et défense de l’environnement.

Les conditions de la signature par Martinez de ce pacte, en solo, sans débat officiel dans les instances confédérale, pas même dans le collectif confédéral « Environnement », fragilise sa prise en compte. Il s’agit pourtant de s’en emparer pleinement pour le mettre en oeuvre au plus vite puisque à contrario des promesses gouvernementales de l’Accord de Paris sur la réduction des émissions de CO2, la quantité d’émissions planétaires continuent d’augmenter chaque année...

C’est pourquoi les décisions de la dernière Commission Exécutive Confédérale doivent être un point d’appui pour lever les réticences internes à nos organisations :

Création d’un groupe de travail réunissant les collectifs Environnement, Industries, Garanties collectives.
Programmation de journées de formation sur les questions liées à l’environnement.
Journées internationales prévues en juin sur le même sujet.
Développement de réseaux unitaires locaux pour décliner dans les territoires les engagements du pacte « plus jamais ça ».

Le cap est fixé, à nous de ramer !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0