Communistes libertaires de la CGT

Pénibilité : Les pièges sont nombreux !

samedi 7 décembre 2019

Tout le monde se souvient comment la CFDT avait lâché la bataille des retraites en acceptant l’allongement du temps de travail en échange d’une prise en compte des travaux pénibles. En soutenant le système à point, elle poursuit le même discours en prétendant défendre ceux qui souffrent le plus de conditions de travail dégradées (batiment, agro-industrie...). Il faut donc rappeler que la mise en place du compte-pénibilité n’a été qu’une farce dont il ne reste quasiment rien après des mois de négociations vaines dans les boites et les branches.

La CFDT qui défend le régime universel à point tient donc « en même temps » un discours parfaitement corporatiste pour flatter les travailleurs du privé et les détourner de la mobilisation en cours. Mais il y a pire : Ce discours tente de convaincre qu’il y aurait des salariés pour qui travailler pour un patron ne serait pas « pénible » ! Or ce qui est fondamentalement « pénible » dans le travail salarié c’est que le patron vous vole une part des richesses que chacun a créé.

Enfin ce discours sur la compensation de la pénibilité extrême de certains secteurs par une retraite avancée détourne les travailleurs de l’essentiel : des embauches, des baisses de cadence, des baisses du temps de travail tout au long de la vie et pas seulement en fin d’une vie brisée !

Tous les délégués l’ont fait, pour soutenir la négociation avec leurs patrons : Tel poste, telle situation, telle période est particulièrement pénible et cela mérite donc une prime, des emplois, une augmentation de salaire, du repos en plus...

Si l’argument est utile face au patron, nous ne devons jamais oublier (et lui n’oublie jamais) que cet argument n’est qu’un « habillage » pour exiger au profit des salariés une part plus grande de la plus-value créée ! Car très vite ce type d’argument peut alimenter un syndicalisme catégoriel ou corporatif avec des salariés qui prennent l’argument de la pénibilité « pour de vrai » au point de rendre invisible l’affrontement de classe entre patrons et salariés pour le partage du gâteau.

L’argument de la pénibilité est dangereux en ce qu’il peut pousser, dans une entreprise entre différents ateliers comme à l’échelle du pays entre différentes professions, les travailleurs à brandir « leur pénibilité » contre la pénibilité des autres, source de divisions qui peuvent être mortelles.

Parce que la vérité est ailleurs. Si certains métiers ont acquis des compensations supérieures (salaires, conditions de travail, congés, retraites...) ce n’est pas parce que les bonnes âmes patronales ou gouvernementales ont été convaincues et émues par la dureté d’un métier ! Mais uniquement grâce à un rapport de force syndical et politique supérieur dans telle ou telle profession !

Prenons l’exemple des policiers. Ils pleurnichent à la télé sur le thème : il faut maintenir notre régime car à 60 ans on peut plus courir après les manifestants (en fait ils disent après les voyous...). Exact ! Mais ils pourraient parfaitement à 55 ans être recyclés sur des postes où l’on ne court plus. Ce n’est donc pas la « pénibilité » au demeurant réelle de leur travail qui amène Castaner à promettre de rien changer mais la nécessité politique de donner satisfaction à une profession dont la colère pourrait être redoutable si (rêvons un peu !) elle rejoignait le camp des travailleurs.

Alors assez de faux semblants ! Revendiquons une bonne retraite pour toutes et tous parce que l’argent existe pour les financer pour peu qu’on dévalise les capitalistes de leurs rentes et de leurs dividendes. Un point c’est tout !

Débats du 53° congrès

  • Des militantes mobilisées autour de Marie Buisson

    17 janvier
    Vous trouverez ci joint un appel lancé par des dizaines de syndicalistes CGT dont des membres du bureau confédéral. Et aussi des figures bien connues comme Maryline Poulain dont le travail autour des sans-papiers ne pourra pas être disqualifié en le traitant de dérive « sociétale ».
    Lors d’une réunion récente des secrétaires généraux des fédérations la candidature pourtant largement validée par la CEC de (...)
  • Les lambertistes en campagne contre Marie Buisson

    10 janvier
    Les lambertistes du POI, affaiblis depuis la scission avec le POI-D, sont connus pour être le courant le plus brutal et manipulateur du trotskisme français. Ils sont connus aussi pour leur infiltration dans la franc-maçonnerie, et leur place importante dans Force ouvrière. Les plus anciens se souviennent que Lionel Jospin vient de ce courant. Officiellement « prêté » au PS pour faire face au PCF dans (...)
  • Des amendements féministes à débattre pour le 53°

    10 janvier
    Le collectif de militantes qui s’était signalé par un premier tract lors du dernier CCN publie une longue série d’amendements en espérant que les syndicats s’en emparent. En voici le texte. Vous pouvez contacter le collectif : syndicat.cgt.safe gmail.com
    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP PROPOSITIONS D’AMENDEMENTS AU DOCUMENT D’ORIENTATION DU 53ÈME CONGRÈS
    Amendement 2T283 (Thème 2, paragraphe 283) (...)
  • Mateu pose sa candidature contre Marie Buisson

    19 décembre 2022
    Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale des Bouches du Rhône, vient d’annoncer sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT après que le Bureau confédéral ait validé la candidature de Marie Buisson. Et les commentateurs de souligner la nouveauté de cette situation.
    Mais en vrai il n’est pas nouveau que plusieurs dirigeants s’affrontent pour prendre le poste. Sauf qu’alors (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0