Communistes libertaires de la CGT

Radio Lorraine Coeur-d’Acier : Une BD pour ne pas oublier.

mercredi 14 avril 2021

Il y a 40 ans prenait fin l’expérience de la radio libre Lorraine Cœur d’Acier (LCA) implantée par la CGT à Longwy début 1979, en vue de préparer la grande manifestation parisienne des sidérurgistes du 23 mars de la même année. Une bande dessinée vient de sortir qui raconte cette aventure.

Le scénario aborde les principales tensions provoquées par cette expérience dans un bassin de mono-industrie, la sidérurgie, où le PCF et la CGT avaient construit leur hégémonie dans les petites villes ouvrières. La période est caractérisée par un nouveau repli sectaire de ces organisations, suite à la rupture entre le PCF et le PS avec l’échec des négociations sur la réactualisation du Programme Commun de Gouvernement. Les questions émergentes autour du féminisme et l’immigration maghrébine sont alors négligées, voir écartées. Comme celles d’autogestion et de démocratie directe que portent alors les radios libres (interdites officiellement et pourchassées par les flics de Giscard).

Les deux journalistes professionnels payés par la confédération maintiennent pourtant leur exigence : une radio libre, c’est d’abord la liberté de parole. Et donc ça va secouer ! Car ils vont réussir à convaincre une partie du corps militant et surtout la population que c’est la bonne formule. Cet espace de liberté a fortement marqué ce petit coin placé au carrefour de la Belgique et du Luxembourg, et a laissé encore aujourd’hui des plaies ouvertes. Ces tensions sont relatées par des épisodes tels que le refus du PCF de débattre avec les trotskistes, l’intervention des femmes abordant les questions de sexualité, de maternité, de contraception, d’avortement, ou avec l’émission en langue arabe pour donner la parole à l’importante immigration algérienne, une des dernières arrivées dans le bassin de Longwy.

Cette liberté d’expression sera brisée par la confédération qui licenciera les deux journalistes (Marcel Trillat et Jacques Dupont) en 1980. Juste avant que dans une ultime volte-face le PCF taise ses violentes attaques contre le PS pour faire entrer 4 ministres dans le premier gouvernement Mitterrand...

Les collectes permettent à l’association des Amis de LCA de continuer pour quelque temps encore de payer leurs salaires. Mais les coups tordus de l’appareil stalinien mettront fin à l’expérience. Celle-ci est analysée et relatée dans les détails dans plusieurs livres.

Une BD vraiment bienvenue, hommage à toute une histoire et une culture ouvrières pleines de contradictions.

Lorraine Coeur d’Acier - Histoire d’une radio pirate, libre et populaire (1979-1981)
par Vincent Bailly et Tristan Thil, éditions Futuropolis, 17 €

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0