Communistes libertaires de la CGT

Retraites : La Ferc pose de bonnes questions

lundi 12 février 2018

Même si l’offensive de Macron semble décalée d’un an, nous allons nous retrouvé une nouvelle fois avec un défi posé et un calendrier annoncé. Le nouveau bras de fer qui s’annonce vise à effacer les acquis sociaux de certains secteurs du salariat concernant les retraites et bien sûr c’est au nom de l’égalité que Macron s’apprête à raboter pour baisser les avantages des uns, sans même faire monter les avantages des autres...

Nous avons toujours considéré que les acquis des uns permettaient de tirer vers le haut l’ensemble des salariés. Egaliser oui mais vers le haut !

C’est pourquoi la déclaration de la FERC des 25/26 janvier doit être lue attentivement :

Motion CEF des 25 et 26 janvier 2018 : à propos de la prochaine « réforme » des retraites

Macron a annoncé clairement sa volonté de créer un régime unique de retraites, par points, à cotisations définies, à la suédoise, à prestations non définies. Il voulait aller vite et aboutir en 2018. Sachant le sujet explosif, il semble avoir reporté d’un an son ambition pour mettre à profit l’année qui vient espérant trouver un terrain d’entente avec les syndicats. Le gouvernement a déclaré qu’il voulait « une co-construction avec les organisations syndicales et les organisations patronales en partant du programme électoral de La République En Marche. »
L’année 2018 sera donc capitale, d’autant qu’auront lieu en décembre les élections professionnelles dans la fonction publique, dans lesquelles la FERC CGT et toute la CGT ont gros à jouer.
Récemment sorti, le 4 pages « La retraite, Valeurs et propositions de la CGT » pose un certain nombre de problèmes à la FERC :

  • Seules les retraites du secteur privé y figurent.
  • Il n’y est à aucun moment fait mention du Code des pensions civiles et militaires (donc des fonctionnaires de l’État, plus d’1 million dans le seul champ de la FERC), ni de la CNRACL (territoriaux et hospitaliers), ni des régimes spéciaux (cheminots, RATP, ex EDF-GDF, …). Or, les garanties statutaires du Code des pensions sont une pointe avancée des conquêtes sociales en la matière que la CGT a toujours défendues, en particulier le calcul sur les 6 derniers mois.
  • La revendication de socle commun et de maison commune de l’ensemble des régimes de retraite chargée du pilotage d’ensemble avait semé le trouble chez les militant·es et les adhérent·es de la CGT. Aujourd’hui le projet Macron sous couvert de « système universel » propose le pire pour tou.tes et le nivellement par le bas.
  • L’énumération des garanties essentielles manque pour le moins de précisions pourtant indispensables : « Un niveau de pension d’au moins 75 % du revenu d’activité pour une carrière complète », 75 % de quoi si on ne dit pas pour combien d’annuités cotisées ? « Possibilité d’un départ à 60 ans » ne dit pas avec combien d’années cotisées.

Au moment où les plus graves menaces sont clairement annoncées, la FERC CGT se prononce pour le maintien :

  • du Code des pensions civiles et militaires qui constitue l’un des piliers fondamentaux du statut et un mécanisme essentiel de la fonction publique de carrière,
  • du calcul de la pension sur le salaire de référence calculé sur les 6 derniers mois,
  • de la CNRACL et de tous les régimes spéciaux,
  • de l’IRCANTEC (retraite complémentaire des contractuel·les de la fonction publique),
  • de la péréquation qui permet aux retraité·es de bénéficier des avantages des actifs.

La FERC se tient à disposition de l’organisation dès maintenant pour aider à mobiliser les salarié·es et les retraité·es pour défendre notre système de retraites basé sur les cotisations sociales et plus largement celui de la Sécurité Sociale afin de porter les revendications CGT pour faire échec au projet Macron à venir.
Vote à l’unanimité.

Débats du 53° congrès

  • Des militantes mobilisées autour de Marie Buisson

    17 janvier
    Vous trouverez ci joint un appel lancé par des dizaines de syndicalistes CGT dont des membres du bureau confédéral. Et aussi des figures bien connues comme Maryline Poulain dont le travail autour des sans-papiers ne pourra pas être disqualifié en le traitant de dérive « sociétale ».
    Lors d’une réunion récente des secrétaires généraux des fédérations la candidature pourtant largement validée par la CEC de (...)
  • Les lambertistes en campagne contre Marie Buisson

    10 janvier
    Les lambertistes du POI, affaiblis depuis la scission avec le POI-D, sont connus pour être le courant le plus brutal et manipulateur du trotskisme français. Ils sont connus aussi pour leur infiltration dans la franc-maçonnerie, et leur place importante dans Force ouvrière. Les plus anciens se souviennent que Lionel Jospin vient de ce courant. Officiellement « prêté » au PS pour faire face au PCF dans (...)
  • Des amendements féministes à débattre pour le 53°

    10 janvier
    Le collectif de militantes qui s’était signalé par un premier tract lors du dernier CCN publie une longue série d’amendements en espérant que les syndicats s’en emparent. En voici le texte. Vous pouvez contacter le collectif : syndicat.cgt.safe gmail.com
    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP PROPOSITIONS D’AMENDEMENTS AU DOCUMENT D’ORIENTATION DU 53ÈME CONGRÈS
    Amendement 2T283 (Thème 2, paragraphe 283) (...)
  • Mateu pose sa candidature contre Marie Buisson

    19 décembre 2022
    Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale des Bouches du Rhône, vient d’annoncer sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT après que le Bureau confédéral ait validé la candidature de Marie Buisson. Et les commentateurs de souligner la nouveauté de cette situation.
    Mais en vrai il n’est pas nouveau que plusieurs dirigeants s’affrontent pour prendre le poste. Sauf qu’alors (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0