Communistes libertaires de la CGT

UD 13 : Ecologie et lutte de classe

vendredi 13 septembre 2019

Pour accompagner les mobilisations écologiques de septembre, l’UD CGT des Bouches du Rhône édite une déclaration qui a le grand mérite de pointer clairement les responsabilités du capitalisme.
En revanche la référence à Chavez (qui a laissé la production de pétrole s’effondrer non pas par soucis écologique mais par corruption généralisée de son Etat/Parti) et l’utilisation flou du concept d’impérialisme qui semble dédouaner nos capitalistes bien français sont moins convaincants. Et rien sur la nécessité que les luttes ouvrières pour sauvegarder l’outil de travail portent aussi les questions de conversion de production.
A lire toutefois :

LES RICHES SONT LES PLUS GRANDS POLLUEURS DE NOTRE PLANÈTE :
ON NE SAUVERA PAS LA PLANÈTE SANS SORTIR DU CAPITALISME

« Si le climat était une banque ça fait longtemps qu’il aurait été sauvé » : Hugo CHAVEZ lors de la COP 15 (discours de Copenhague).
Le changement climatique n’est plus à démontrer, sauf peut-être pour TRUMP et BOLSONARO, c’est-à-dire les figures politiques mondiales du libéralisme, plus attachés à défendre les intérêts de la classe dominante ultrariche et le système capitaliste que l’intérêt du peuple.
Déforestation, conversion des terres, désertification, altérations des systèmes d’eau douce, surexploitation des ressources marines, contamination et perte de la diversité biologique, la planète perd la capacité à s’autoréguler. L’espèce humaine est en danger. Cela est su maintenant depuis des années. Preuve est, s’il en fallait, qu’on ne peut pas faire confiance à ceux qui dirigent le monde, pour enclencher le changement radical obligatoire. Le manque de volonté politique est criant, or nous ne pouvons plus attendre !
La CGT 13, résolument internationaliste, sait que l’impérialisme détruit notre planète. La multiplication des traités internationaux et des zones de libre-échange (CETA, ALECA, MERCOSUR, EUROPE...), permettant la mondialisation des échanges sans règle, a détruit des systèmes entiers de production locale, a dévasté les terres agricoles, a asséché des régions entières. L’ouverture sans frein des frontières aux produits de consommation, la recherche constante du profit a ruiné des pays entiers, tant les populations que les sols. Il faut rompre en urgence avec cette logique !
La CGT 13 lutte également de ce fait quotidiennement pour la sauvegarde de notre planète. En effet, les inégalités entre pays riches et pays pauvres se creusent. Les inégalités à l’intérieur même des pays aussi. Et le changement climatique est le corollaire de ces inégalités. Dénonçons les responsables de cette situation insupportable et leur système d’accumulation sans fin qui épuise l’homme et la nature.
Les 1 % les plus riches de la planète ont une empreinte carbone 40 fois supérieure aux 10 % les plus pauvres, les plus riches de ce monde vivent sur les cendres des plus faibles. Quand dans le monde, les 8 personnes les plus fortunées sont aussi riches que les 3,5 milliards les plus pauvres. Quand 100 entreprises sont responsables de plus de 70 % des émissions de gaz à effet de serre. Lutter contre les inégalités et lutter contre le réchauffement climatique revient à lutter contre un ennemi commun.
Il est temps que les plus grands pollueurs soient désignés. Il est temps que cesse la
culpabilisation des travailleurs ! Les travailleurs de notre pays ne sont pas les
responsables de la destruction du monde. En se battant pour conserver leur outil de
production, en luttant contre les délocalisations, en oeuvrant pour que chacun puisse
vivre et travailler au pays, ils apportent des solutions locales contre la course folle
du capitalisme mondial. Les travailleurs de notre pays sont en première ligne. Ils sont
celles et ceux qui inhalent les produits toxiques, meurent pour accroître le profit,
habitent dans les lieux les plus pollués. Ils sont celles et ceux qui perdent leur emploi
quand le capital a cessé de s’enrichir sur leur dos. Partout, les travailleurs sont les
meilleurs experts et sont porteurs de projets pour répondre aux besoins sociaux tout
en préservant leur santé, celle des populations et la sauvegarde de la planète, cela
passe par une réappropriation collective des moyens de productions.

La CGT 13 appelle les travailleurs à se mobiliser lors des manifestations qui se tiendront sur tout le département.
les 20 et 27 septembre 2019

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0