Communistes libertaires de la CGT

Ukraine, NUPES : Le CCN déraille !

vendredi 13 mai 2022

Le CCN des 10 et 11 mai s’est tenu dans un climat d’extrême tension. Les représentants des structures auto-proclamés défenseurs d’un syndicalisme de classe ont mené une charge violente contre l’actuelle direction confédérale. Ils sont officiellement constitués en fraction en vue de « prendre » la direction confédérale. Ils sont réunis autour d’une plateforme qu’ils ne veulent pas soumettre en contre-texte aux documents en cours d’élaboration pour le 53° Congrès de mars prochain. Nous publierons prochainement une analyse de cette plateforme. Relevons à ce stade qu’en démocratie on devrait plutôt voter sur des textes que sur des invectives...

C’est dans ce contexte difficile et sous la pression maximum des pro-Fsm que le CCN lance un « Appel » clair sur une posture revendicative, mais d’une grande confusion politique.

L’Appel engage les syndicats à mener une « campagne de haut niveau pour la paix ». Soit encore faudrait-il que nos syndicats soient réellement en état de mener une campagne... Surtout si ladite campagne doit « commencer par l’arrêt des livraisons d’armes aux belligérants », formule qui place sur le même pieds l’agresseur et l’agressé ! La question des armes est toujours difficile pour des militants pacifistes sincères, et nous ne trancherons pas ici. Mais comment croire que les néo-staliniens pro-FSM ont des pudeurs de pacifistes ?

Et le pire arrive ensuite. Contraint de reconnaître « L’agression de l’Ukraine par Poutine » l’Appel poursuit en regrettant « la guerre qu’elle a générée » ! Comme si c’était l’Ukraine qui avait provoqué la guerre en riposte à une simple « agression ».

Et l’Appel de poursuivre : « C’est avant tout un conflit impérialiste notamment avec le rôle de l’OTAN pour la maîtrise des ressources naturelles, de voies de communication stratégiques et de zones d’influence géopolitique ». Nous serons les premiers à dénoncer en effet les impérialismes américains et français, mais nous appelons à lutter tout autant contre les impérialismes russes ou chinois dont les bourgeoisies sont tout autant assoiffées de pouvoir et d’argent ! Comment être aveugle à la peur bien réelle que vivent les peuples des Etats baltes, de Roumanie, de Pologne face aux offensives sans fin de l’ogre russe ? Poutine avance Staline dans une main, le Pope dans l’autre mais le seul impérialisme serait celui de l’Otan ?

De retour sur la situation en France, l’Appel nous ramène là encore loin en arrière, accrochant la CGT aux chars de la NUPES ! Comme si l’expérience du Programme commun, dont le bilan est tiré et acté y compris par les travaux de l’IHS était oubliée.

Voilà qui promet un 53° Congrès violent et décisif sans doute pour la CGT. Une victoire du courant néo-stalinien serait une défaite pour tous les syndicalistes révolutionnaires.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0