Communistes libertaires de la CGT

27 juin : Annoncez le début de la grève en septembre !

jeudi 22 juin 2017

Les rassemblements organisés à travers toute la France sous l’étiquette du Front Social dès le 19 juin n’auront hélas, comme nous l’attendions, réunis pour l’essentiel des militants issus de tous les cercles de l’extrême-gauche, syndicalistes et jeunes issus des cortèges de têtes. Ce mélange en lui-même est l’élément de bilan le plus positif. Suivant les villes, les forces auto-instituées « Front Social » étaient très divers, parfois à la limite de la pure manipulation par un courant politique, parfois en embryon d’intersyndicale locale. Dans tous les cas, si ces forces peuvent alimenter une guérilla tout l’été, c’est bien l’engagement des directions confédérales aux tous premiers jours de septembre qui est au coeur de la bataille politique à gagner. A ce jour le congrès de Solidaires s’est engagé sur cette voie, et la Commission Exécutive Confédérale de la CGT évoque également la nécessité d’une date en septembre. C’est tout et c’est bien peu.

Le bilan de nos défaites en 2010 comme en 2016 c’est que les journées d’actions, mêmes massives, mêmes rapprochées, ne suffisent pas à stopper l’offensive patronale que poursuit sans faiblir les gouvernements de droite et ceux de gauche, au point que nous avons pour finaliser la casse un gouvernement de droite et de gauche !!!

La grève générale, le blocage, le sabotage sont les seuls outils qui nous restent pour renverser la vapeur, stopper la casse, obtenir l’abrogation des « réformes » les plus brutales.

Le 27 juin à Paris l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires et Unef organisent un rassemblement dont le succès est indispensable. Faute de succès, les directions confédérales risquent bien de laisser partir les salariés en congé sans consigne claire pour septembre. Alors que nous avons besoin de tout l’été pour convaincre dans les entreprises de la nécessité de résister à Macron par tous les moyens. Le 27 juin nous voulons une date claire pour démarrer en septembre une lutte prolongée.

Pendant les congés ne faites pas de folies, gardez des sous pour une rentrée en grève !

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0