Communistes libertaires de la CGT

5 déc : L’UD de Paris appelle à construire un grand mouvement interpro

samedi 12 octobre 2019

Ci dessous la déclaration de l’UD de Paris qui reste dans des formulations fortes mais prudentes sauf pour expliquer que le référendum ADP porterait « un coup d’arrêt au gouvernement » ce qui survalorise sans aucun doute la portée d’un tel référendum, en admettant qu’il se tienne :

Construire tous ensemble la grève interprofessionnelle. »
Cher.e.s Camarades,
la CE de l’UD appelle l’ensemble des organisations parisiennes de la CGT à s’inscrire dans une démarche la plus efficace possible de construction interprofessionnelle du rapport de forces.
Nous avons face à nous un patronat et un gouvernement qui utilisent tous les moyens pour tenter de discipliner et de dépouiller les salarié.e.s, les retraité.e.s, les privé.e.s d’emploi, les jeunes.
Pour cela, ils utilisent la manipulation, le mensonge, la division, la diversion. Et puis, ils nous répriment dans les entreprises et dans les administrations, en menaçant, en sanctionnant, en licenciant. Quant à l’Etat, il utilise la police pour réprimer dans le sang et la justice pour condamner lourdement.
Pour dépouiller le monde du travail, ils font pression sur les salaires et pensions, sur les prestations et allocations, sur l’emploi, sur le droit du travail, imposent une fiscalité injuste, alors que le gouvernement continue de faire des cadeaux au patronat et aux riches. Ce sont aussi nos biens publics les plus précieux qui sont dans le collimateur : la sécurité sociale et les services publics.
Notre société est en crise. Cette crise est économique et sociale. Elle est aussi politique, car les idées de progrès social et d’égalité sont contestées au nom de la compétition internationale, tandis que l’idée même de démocratie est sacrifiée sur l’autel du libre marché.
Le monde du travail répond par des luttes syndicales fortes sur plusieurs « créneaux » : celle des travailleurs sans papier, les grèves à la RATP, dans les hôtels, dans les finances publiques, les mobilisations dans les hôpitaux, dans l’énergie, dans l’éducation nationale, etc.
De plus, des mouvements semblent fortement ancrés sur plusieurs thématiques : l’écologie, le féminisme, et bien sûr les exigences des gilets jaunes (justices sociale et fiscale, démocratie). Ce sont des ferments puissants de mobilisation.
Construire le rapport de forces suppose de :

  • soigner notre vie syndicale CGT, en rendant le plus possible chaque camarade en situation d’agir, en convaincant autour de soi, en proposant de lutter là où on se trouve,
  • être clair tant sur nos revendications que sur la contestation des projets de recul social,
  • proposer aux organisations et mouvements qui partagent notre constat et notre envie de lutter de nous rencontrer pour faire cause commune, à tous les niveaux,
  • articuler les mobilisations professionnelles avec la montée en puissance d’un vaste
    mouvement interprofessionnel.
    Notre bataille sur les retraites est un combat essentiel qu’il nous faut mener tous ensemble avec la plus grande énergie. Nous devons aussi nous mobiliser pour le référendum ADP qui constitue une opportunité importante de porter un coup d’arrêt aux politiques de privatisations et au gouvernement.
    Pour gagner, il faudra faire nombre : en diffusant nos informations, en signant des pétitions, en assemblée générale, en manifestation, et surtout en grève ! Agir dans cette perspective suppose de mener les campagnes « retraites » et « ADP » dans la durée avec méthode et détermination. C’est à notre portée.
    Le 5 décembre est une étape décisive dans la construction de la mobilisation
    interprofessionnelle, avec l’hypothèse forte d’une puissante grève démarrant dans les
    transports. Nous devons consacrer les semaines qui viennent à bâtir le grand mouvement interprofessionnel dont nous avons tous besoin. Ce grand mouvement a besoin d’être impulsé, coordonné ; il nécessite un partage d’informations permanent entre ses acteurs. Pour cela, à Paris, un outil interprofessionnel existe : l’Union des syndicats CGT de Paris (UD de Paris).
    Nous ne sommes pas dans l’expectative, mais dans le militantisme CGT quotidien qui vise l’émancipation par la mise en mouvement du plus grand nombre. Faisons-le tous ensemble !
    Paris, le 10 octobre 2019

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0