Communistes libertaires de la CGT

Actionnaire : je vote dividendes !

samedi 13 mai 2017

Malgré les promesses d’un capitalisme populaire qui devait apaiser la lutte des classes dans la France des Trente Glorieuses, l’adhésion massive aux jeux boursiers ne s’est envolée vraiment que dans les années 80, quand Mitterrand va donner un coup d’accélérateur à l’idéologie libérale avec l’aide de la figure de Bernard Tapie, et avec la revente des entreprises nationalisées en 81.

Le nombre d’actionnaires culmina en 2007 avec plus de 7 millions d’actionnaires individuels. Mais le petit épargnant effrayé par la crise de 2008 a fuit en masse et le nombre d’actionnaires en France est tombé à 3 millions en 2015.

Face à la très grande colère provoquée par les salaires délirants des PDG du CAC 40, le gouvernement Hollande a timidement repris le refrain de la « démocratie actionnariale » en donnant aux AG annuelles un droit de regard sur les rémunérations des dirigeants. L’effet direct de l’interventionnisme des actionnaires est de renforcer la bienveillance du conseil d’administration en faveur des actionnaires qui applaudissent l’envol des dividendes versés mais aussi les manoeuvres visant à faire monter la valeur de l’action. Ainsi les 120 plus grosses capitalisations ont consacrées 14,4 milliards d’euros à racheter leurs propres actions en 2016 ! Autant d’argent qui ne vont ni aux salariés, ni même aux investissements. Le montant des dividendes s’est lui aussi envolé : au début des années 80 les grandes sociétés cotées partageaient les bénéfices en investissant dans le développement de l’entreprise le double des sommes offertes aux actionnaires. C’est aujourd’hui le rapport inverse : les dividendes pèsent le double des investissements ! Non seulement l’actionnaire vole les richesses produites par les travailleurs mais sa gourmandise est telle que l’avenir même de la société n’est pas son soucis... L’unique préoccupation de l’actionnaire sera toujours d’acheter au plus bas pour revendre au plus haut ses actions et entre temps se faire payer des dividendes maximum.

Et les actionnaires savent être redevables aux dirigeants, et pas seulement dans les grands groupes. Les manageurs des entreprises moyennes sont également à la fête ! Les salaires des dirigeants des boites du SBF 120, le CAC 40 des grosses PME, ont augmenté de 20% en 2016 pour une moyenne de 3,5 millions d’euros par an. Avec l’aval de l’AG des actionnaires.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0