Communistes libertaires de la CGT

Air-France : Meeting vendredi 27 mai en Solidarité avec les inculpés de « la chemise » !

mercredi 25 mai 2016

Pour mémoire ce vendredi devant le Tribunal de Bobigny, grand meeting toute la journée à partir de 9h. L’occasion aussi de réclamer la libération immédiate d’Antoine, militant CGT de Valenciennes arrêté lors de la dernière manifestation de jeudi 19 :

Ci joint l’appel de l’intersyndicale Air France :

Roissy, le 18 mai 2016
Le 27 Mai, la direction Air France fait juger 16 salariés
Sol, Navigants : ensemble répondons présent(e)s !
Le 5 octobre 2015, lors d’une session de Comité Central d’Entreprise, le tissu social d’Air France, déjà fortement abîmé, s’est déchiré en même temps que le tissu de la chemise du DRH.
Aujourd’hui, 16 salariés sont traînés devant les tribunaux par la direction de l’entreprise. 11 seront jugés pour avoir forcé l’ouverture de la grille du siège et 5 concernant « l’affaire » de la chemise.
2 pilotes, accusés d’avoir ouvert un portique d’accès aux grévistes dans le siège, ne seront pas jugés. Le procureur vient de classer la plainte d’Air France sans suite. Ils ont pourtant reçu une sanction.
Rappelons en préambule que la direction d’Air France avait fait installer en catimini 6 caméras la veille du CCE et avait au dernier moment décidé de fermer la grille d’accès au parvis du siège Air France à ses propres salariés. Une enquête de journalistes indépendants, sur le site « lesjours.fr » apporte des éléments troublants quant à l’attitude de la direction.
Celle-ci porte une lourde responsabilité dans la mobilisation des salarié(e)s, responsabilité qu’elle cherche à nier en s’acharnant sur 16 d’entre nous.
La violence sociale orchestrée par la direction des ressources humaines de l’entreprise a entraîné la colère des salariés. On ne réunit pas 2500 salariés de toutes les catégories de l’entreprise par hasard. Les équipes de Xavier Broseta ont réussi ce tour de force !
Souvenons-nous, c’est le déclenchement du plan B, un plan d’attrition de l’activité Air France avec plus de 2900 suppressions d’emplois dans toutes les catégories de personnels, qui a mobilisé cet énorme cortège de manifestants et par la suite l’envahissement du CCE. L’entreprise a elle-même reconnu que son plan était inacceptable puisqu’elle l’a finalement retiré fin 2015.
Dans ces conditions, pourquoi maintenir cet acharnement à sanctionner, licencier et attaquer en justice des salariés lorsqu’on porte soi-même une bonne part de responsabilité dans le déroulement de cette journée ?
En attendant, nous salarié(e)s Air France devons nous mobiliser massivement le 27 mai pour nos 16 collègues. Nous battre pour la justice sociale, c’est construire notre avenir à toutes et tous. Ensemble, exigeons :

  • l’arrêt des poursuites judiciaires
  • le retrait des procédures de sanction à l’encontre des salariés Sol et Pilotes
  • la réintégration des 4 collègues licenciés : Pascal, Samir, David et Fabrice
  • l’arrêt du recours auprès du ministère du travail à l’encontre de Vincent, délégué du personnel à la Maintenance
    Rendez vous devant le tribunal de Bobigny
    le 27 mai à partir de 9h00
    pour une journée revendicative
    haute en couleurs.
    Des soutiens venant de toute la France seront présents en solidarité avec les 16 Air France.
    Appel de dix syndicats d’Air-France.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0