Communistes libertaires de la CGT

Bloquons le Medef... l’an prochain !

mercredi 30 août 2017

Nous portons depuis trois ans l’idée de perturber pour de vrai l’insupportable et arrogante université d’été des patrons. Mais faute de forces suffisantes nous n’avions pas pu mettre en oeuvre cette opération et la date c’est vrai ne facilite pas la mobilisation.

Quand Solidaires a lancé l’initiative « Bloquons le Medef » nous avons donc souscrit, comme d’autres, à l’initiative qui s’est tenue ce mercredi 30 aout à Jouy en Josas (78) sur le campus d’HEC.

Plusieurs centaines de militants se sont donc retrouvés à la gare RER à 11h pour monter en manif jusqu’au campus d’HEC. Outre les différents SUD, nous avons pu voir quelques militants CNT, Info’com et SGLCE (CGT) ainsi que les chômeurs CGT et le MNCP. Et même un militant FO ! Le Front Social avait une présence certaine. L’affiche du Front Social 78 collée dans la ville réclamait « la séparation du Medef et de l’Etat ». Ce mot d’ordre étrange fut également au centre de l’intervention de son représentant à la sono. Etonnant mot d’ordre ! Dénoncer la servilité des ministres est une chose. En faire une revendication centrale est totalement illusoire. Comme si dans une société capitaliste l’Etat pouvait être autre chose que l’agent des intérêts de la bourgeoisie !

Une petite poignée de militants CGT attendaient devant l’entrée du Medef l’arrivée de la manifestation... Comme s’il était honteux de se rallier à une initiative prise par d’autres ? Comme s’il n’était pas plus utile d’être dans cette manif plutôt qu’ à cette ultime concertation avec le gouvernement demain matin...

Pour une première syndicale, l’action de ce jour devrait, à notre avis, permettre de faire... beaucoup mieux l’an prochain. Car nous n’avons hélas rien bloqué du tout. Et, s’il n’est pas déshonorant de faire une manif plan-plan, il y avait ce jour fraude sur l’étiquette ! Un mot d’ordre radical doit s’accompagner d’une action radicale sinon les mots perdent leur sens et Macron peut se prétendre révolutionnaire !

Pour l’an prochain donc, nous proposons à nouveau une vraie opération « bloquons le Medef », ce qui veut dire a minima être présents massivement pour bloquer l’entrée des voitures des patrons dès le matin, sans exclure d’autres formes d’incursions sur le campus. Il reste douze mois pour réussir.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0