Communistes libertaires de la CGT

Commerce : La direction confédérale doit se prononcer

vendredi 24 novembre 2017

Nous ne sommes pas de ceux qui regrettent un centralisme despotique dans la CGT. Nous sommes fédéralistes et nous le resterons. C’est la base même du fonctionnement supposé de notre CGT dont les syndicats sont la base inaliénable. A eux de se confédérés librement dans une fédération professionnelle et dans une union territoriale. Mais il y a des dysfonctionnements sur lesquels la direction confédérale, sans s’ingérer dans les décisions, devrait donner un avis, des conseils. Hélas elle reste généralement muette, faute d’autorité morale et politique. La fédération du Commerce n’est hélas pas la seule concernée...
En Ile de France, chacun sait le travail accompli par l’US Commerce. Et si nul n’est parfait chacun sait l’apport personnel de Karl Ghazi à la tête de l’US comme au bureau de l’UD Paris pour un syndicalisme combatif.
Nous publions ce second communiqué de l’US Commerce pour aider aux débats et aux décisions démocratiques qui sont indispensables à une CGT efficace dans la lutte des classes :

Communiqué de l’US CGT COMMERCE DE PARIS
Une assemblée générale à huis clos ?
Jeudi 23 novembre 2017, des adhérents parisiens du commerce se sont rendus à une assemblée générale de préparation du congrès convoquée par la fédération du commerce dans les locaux de l’AG2R à Paris.
Cette réunion se tenait, malgré le fait que le 9 novembre une assemblée générale convoquée par l’Union Départementale de Paris, conformément aux décisions fédérales avait déjà été réunie sur le même ordre du jour pour la préparation.
Une centaine de militants parisiens sont entrés dans la salle et, devant une tribune toujours déserte une demi-heure après le début de la réunion, ils ont décidé, à l’unanimité, de l’animer eux-mêmes – décision validée par un vote ultra-majoritaire.
A l’unanimité (et 20 abstentions), l’assemblée générale s’est déclarée illégitime, une assemblée générale s’étant déjà tenue le 9 novembre sur le même ordre du jour et ayant désigné des délégués au congrès. Les participants ont néanmoins décidé de se saisir de l’occasion pour étudier de manière plus approfondie les documents préparatoires du congrès fédéral.
Les deux secrétaires fédérales présentes ont essayé sans succès d’empêcher la tenue des débats, multipliant les invectives, les attaques ad hominem en prétextant de l’absence d’Amar Lagha – Secrétaire Général de la fédération.
Quand celui-ci est enfin arrivé, près d’une heure et demie après le début de la réunion, il a presque immédiatement appelé à quitter la salle, esquivant le débat.
Il a été suivi par une vingtaine de camarades et six secrétaires fédéraux, dans une ambiance très tendue.
Ce petit groupe s’est ensuite enfermé à clef dans une autre salle mise à disposition par l’AG2R, refusant l’accès à quiconque, y compris à des délégués mandatés par leurs UL.
Pour notre part, nous étions plus de 80 à poursuivre nos travaux.
Nous avons réaffirmé notre détermination à ne pas laisser bafouer nos droits les plus élémentaires et nous en appelons à l’ensemble de la CGT pour que cesse enfin une mascarade indigne de notre organisation et particulièrement dommageable dans le contexte actuel.
Paris, le 23 novembre 2017

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0