Communistes libertaires de la CGT

Commerce : Le congrès aura bien lieu

dimanche 18 mars 2018

Nous publions ici le communiqué du syndicat Ansamble :

Communiqué du 14 mars 2018

Saisi par treize syndicats d’une demande de suspension du congrès de la fédération du commerce (19 au 23 mars 2018, le juge des référés de Bobigny n’a pas fait droit à nos demandes.

Toutefois, les graves violations des statuts fédéraux par les organisateurs du congrès produisent des conséquences inacceptables. Elles dénaturent le congrès et réduisent les syndicats de la fédération à une position minoritaire (30% des voix).
Les « individuels » dont un nombre très réduit a effectivement participé aux travaux de préparation du congrès sont instrumentalisés pour constituer une masse de voix (70%) qui garantit la direction sortante de tout « accident ».

A Paris, par exemple et à cinq jours du début du congrès, les 1500 individuels seront « représentés » par une personne dont ils ne connaissent toujours pas l’identité et auprès de laquelle ils n’ont pu exprimer aucune position sur les votes du congrès. Ce (tte) délégué (e) portera pourtant leurs voix.

Dans le même temps, des syndicats parmi les plus gros de la fédération se sont vu contester les délégués qu’ils ont démocratiquement désignés et n’ont reçu à ce jour aucune convocation pour le congrès.

Enfin, les modifications des statuts proposées par la fédération et dont elle garantit l’adoption par l’utilisation des voix des individuels sont destinées à donner à la fédération :

  • une emprise complète sur les syndicats qui la constituent- des règles d’organisation du congrès qui lui assureront une majorité perpétuelle.

Il est bien évident que dans ces conditions, nous ne satisfaisons pas de la décision du juge des référés de Bobigny et nous explorons toutes les voies de recours possibles.
Pour la CGT Ansamble le communiqué du 14 mars 2018 de la fédération démontre à l’évidence que le bureau fédéral du Commerce ne sait pas ce qu’est un référé qui ne juge que dans l’urgence face à un trouble manifeste et illicite. Le référé ne juge pas sur le fond.
Affirmer dans le communiqué du 14 mars 2018 que le juge de référé « confirme tous les choix politiques de la fédération en termes de démocratie et de règles de vie statutaires » est juste une très mauvaise lecture de cette ordonnance ou une mauvaise blague faite délibérément par la fédération.
Ainsi la fédération se félicite de cette décision qui n’est pourtant en aucun cas un blanc-seing pour la fédération, bien au contraire, d’ailleurs le juge dans son ordonnance a débouté la fédération sur 2 demandes : ( La FD oublie de le préciser dans sa com )

Le juge a déclaré recevable les demandes des treize syndicats
Le juge a déclaré faire droit de la capacité à agir des treize syndicats dans la cause.

Pour une bonne lecture et contrairement au communiqué de la fédération du 14 mars 2018 cette ordonnance du tribunal n’est donc pas sans équivoque et ne valide en aucun cas les choix politiques de la fédération mais il est préférable, pour la fédération, d’occulter ces détails avant congrès.
Nous noterons également que si la fédération du commerce et des services détourne allègrement cette ordonnance du 14 mars 2018 à son profit elle n’a jamais communiqué sur ses plusieurs condamnations devant le tribunal d’instance de Vannes en violation des statuts fédéraux ! Un oubli est toujours possible.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0