Communistes libertaires de la CGT

Commerce : Un congrès pire que les précédents ?

dimanche 4 mars 2018

Depuis plusieurs années la fédération du Commerce (et c’est loin d’être la seule...) est traversée de conflits dont il est difficile de poser les enjeux de politique syndicale. Les délégués gazés lors du congrès de 2011 s’en souviennent encore... alors que celui de 2018 ne se tiendra peut-être pas puisque 13 syndicats dont l’importante US Commerce de Paris demande au Tribunal de Grande Instance de Bobigny son annulation pure et simple. Le Tribunal tient séance ce lundi 5 mars.

Comme dans d’autres lieux (l’UD de la Somme par exemple où un responsable départemental bien connu a été récemment placé en garde en vue suite à la plainte d’autres dirigeants de l’UD !!!) le conflit se joue d’abord entre militants membres ou issus du PCF. La crise et l’effondrement de ce parti qui tenait la CGT sous son contrôle étroit n’en finit pas de laisser à la dérive des équipes militantes. Comme lors de la longue crise de la Filpac, la direction confédérale se garde de prendre position. Elle n’est plus en mesure d’imposer une solution par le haut et tant mieux, car il est tant de se débarrasser du caporalisme dans la CGT et de rendre la CGT aux syndiqués en redonnant vie à la démocratie syndicale et au fédéralisme : la CGT c’est d’abord et avant tout ses syndicats.

Il ne revient pas à un réseau de réflexion comme le nôtre de trancher en faveur d’un camp contre un autre. Car les pratiques autoritaires et l’arrivisme bureaucratique nous semblent largement partagés...

En revanche, nous pouvons une nouvelle fois condamner la pratique des directions fédérales, départementales ou confédérales qui consiste à s’arroger une majorité de congressistes en sélectionnant soigneusement celles et ceux qui, n’étant pas adhérents d’un syndicat suffisamment fort pour avoir des délégués de droit, se retrouvent pris en otage de débats qui les dépassent, des camarades qui ne représentent de fait qu’eux-mêmes. Des isolés dont les voix sont partagées entre amis... Nous réaffirmons que nos congrès doivent être des congrès de syndicats. La multiplication de micro syndicats d’entreprises et l’absence de structures territoriales permettant d’inscrire tous les syndiqués, même isolés, dans une structure viable sont deux problème statutaires et politiques qu’il faudra bien résoudre.

Quant aux militants du Commerce sincères et dépourvus d’ambitions incontrôlées, ils devraient pouvoir chercher à se faire entendre autour d’une plate-forme revendicative simple et tranchante. Et faire entendre leur voix pour qu’une direction équilibrée et respectueuse des forces réelles soit enfin construite. Bon courage à elles et eux.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0