Communistes libertaires de la CGT

Commerce : Un congrès pire que les précédents ?

dimanche 4 mars 2018

Depuis plusieurs années la fédération du Commerce (et c’est loin d’être la seule...) est traversée de conflits dont il est difficile de poser les enjeux de politique syndicale. Les délégués gazés lors du congrès de 2011 s’en souviennent encore... alors que celui de 2018 ne se tiendra peut-être pas puisque 13 syndicats dont l’importante US Commerce de Paris demande au Tribunal de Grande Instance de Bobigny son annulation pure et simple. Le Tribunal tient séance ce lundi 5 mars.

Comme dans d’autres lieux (l’UD de la Somme par exemple où un responsable départemental bien connu a été récemment placé en garde en vue suite à la plainte d’autres dirigeants de l’UD !!!) le conflit se joue d’abord entre militants membres ou issus du PCF. La crise et l’effondrement de ce parti qui tenait la CGT sous son contrôle étroit n’en finit pas de laisser à la dérive des équipes militantes. Comme lors de la longue crise de la Filpac, la direction confédérale se garde de prendre position. Elle n’est plus en mesure d’imposer une solution par le haut et tant mieux, car il est tant de se débarrasser du caporalisme dans la CGT et de rendre la CGT aux syndiqués en redonnant vie à la démocratie syndicale et au fédéralisme : la CGT c’est d’abord et avant tout ses syndicats.

Il ne revient pas à un réseau de réflexion comme le nôtre de trancher en faveur d’un camp contre un autre. Car les pratiques autoritaires et l’arrivisme bureaucratique nous semblent largement partagés...

En revanche, nous pouvons une nouvelle fois condamner la pratique des directions fédérales, départementales ou confédérales qui consiste à s’arroger une majorité de congressistes en sélectionnant soigneusement celles et ceux qui, n’étant pas adhérents d’un syndicat suffisamment fort pour avoir des délégués de droit, se retrouvent pris en otage de débats qui les dépassent, des camarades qui ne représentent de fait qu’eux-mêmes. Des isolés dont les voix sont partagées entre amis... Nous réaffirmons que nos congrès doivent être des congrès de syndicats. La multiplication de micro syndicats d’entreprises et l’absence de structures territoriales permettant d’inscrire tous les syndiqués, même isolés, dans une structure viable sont deux problème statutaires et politiques qu’il faudra bien résoudre.

Quant aux militants du Commerce sincères et dépourvus d’ambitions incontrôlées, ils devraient pouvoir chercher à se faire entendre autour d’une plate-forme revendicative simple et tranchante. Et faire entendre leur voix pour qu’une direction équilibrée et respectueuse des forces réelles soit enfin construite. Bon courage à elles et eux.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0