Communistes libertaires de la CGT

Commerce : un congrès qui finit au tribunal !

vendredi 21 septembre 2018

Nous avons déjà évoqué les dysfonctionnements majeurs dans la fédération Commerce. En particulier la manipulation des voix des adhérents individuels par la direction fédérale au détriment des syndicats lors des congrès fédéraux.
Le résultat de l’autoritarisme dans la Fédération c’est que cinq syndicats font appel devant les tribunaux de la tenue du dernier congrès. Et pas les moindre : Ansamble (groupe Elior), US Paris, Printemps Paris Haussmann, Gérants-non salariés et Macdo Paris. D’autres pourraient rejoindre la procédure. Nous reproduisons ici les explications des syndicats :

Pourquoi contestons-nous le congrès de la fédération du commerce et des services ?

Cinq syndicats CGT du commerce et des services ont saisi le tribunal d’une demande d’annulation du congrès fédéral qui s’est tenu au printemps. Les motifs de cette saisine sont les mêmes qui nous ont contraints à saisir le juge des référés en mars 2018 : la fédération a systématiquement violé ses propres statuts.

Elle a organisé ce congrès de telle manière que les syndicats, dont c’est le congrès, portent moins de 30% des voix, le reste étant attribué à des délégués départementaux choisis par la fédération.

La manière dont le congrès s’est déroulé a confirmé l’objectif poursuivi : le règlement intérieur et les commissions étaient bétonnées à l’avance, toutes les voix contestataires ont été agressées, souvent avec violence, pour permettre de faire voter des rapports et des résolutions sans débats sérieux.

Surtout, ce congrès a permis d’adopter de nouveaux statuts qui enterrent définitivement le rôle essentiel des syndicats dans la fédération. Il est désormais écrit noir sur blanc qu’un représentant par département porteur des voix des isolés sera délégué au congrès. Et, selon la fédération, les isolés représentent 75% des adhérents…

La fédération n’est donc plus une union de syndicats mais une espèce de syndicat national des isolés.

Cela met les dirigeants dans une position très confortable : ils pourront désigner les porteurs de 75% des voix à chaque congrès…

Nous avons déjà saisi le juge des référés en mars 2018. Sans nous donner tort sur la violation des statuts, le tribunal a considéré qu’il n’y avait pas d’urgence. La fédération a donc considéré qu’elle pouvait prendre le risque de violer ses propres statuts : elle a rendu les syndicats minoritaires à leur propre congrès et elle a empêché certains syndicats (dont le plus gros de la fédération !) d’être présents.

Au lieu d’assumer le risque qu’elle a voulu prendre, la fédération tente de répondre par le mensonge et l’insulte, par la voix de son secrétaire général.

Non, l’annulation du congrès n’entraînerait ni la disparition de la fédération, ni de tous les mandats, ni de toutes les procédures en cours. Elle nous contraindrait juste à recommencer… en respectant nos statuts !

Cette pure invention est destinée à nous faire peur et à montrer les syndicats contestataires (réfractaires, comme dirait Macron !) comme étant des dangereux irresponsables, voire même des agents de la politique gouvernementale. « Quel est vraiment leur intérêt et leur objectif ? » font-ils semblant de s’interroger.

Non, nous n’avons jamais attendu la fédération pour nous battre contre les patrons et les gouvernements. Non, les secrétaires fédéraux ne se sont jamais montrés indispensables, ni par leur disponibilité, ni par leur compétence, ni par leur combativité (sinon verbale).

En faisant peur sur les mandats, en nous dénigrant, la fédération cherche à obtenir des soutiens par la pression et à esquiver le débat. Mais mentir de manière aussi énorme, insulter des syndicats qui ont plusieurs milliers de membres, n’est-ce pas là la pire marque de mépris envers les adhérents ?

La structure de base de la CGT, c’est le syndicat et ça doit le rester. Si 75% de nos adhérents ne sont pas dans des syndicats, c’est parce que la fédération le veut ! Et si, réellement, elle est attachée à l’expression démocratique de ses adhérents, elle n’a qu’à les organiser convenablement, plutôt que de trafiquer les congrès !

Le 3 septembre 2018

http://www.cgtusbra.com/-
L’audience aura lieu au TGI de Bobigny à 11h le 4 octobre.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0