Communistes libertaires de la CGT

Commerce : un congrès qui finit au tribunal !

vendredi 21 septembre 2018

Nous avons déjà évoqué les dysfonctionnements majeurs dans la fédération Commerce. En particulier la manipulation des voix des adhérents individuels par la direction fédérale au détriment des syndicats lors des congrès fédéraux.
Le résultat de l’autoritarisme dans la Fédération c’est que cinq syndicats font appel devant les tribunaux de la tenue du dernier congrès. Et pas les moindre : Ansamble (groupe Elior), US Paris, Printemps Paris Haussmann, Gérants-non salariés et Macdo Paris. D’autres pourraient rejoindre la procédure. Nous reproduisons ici les explications des syndicats :

Pourquoi contestons-nous le congrès de la fédération du commerce et des services ?

Cinq syndicats CGT du commerce et des services ont saisi le tribunal d’une demande d’annulation du congrès fédéral qui s’est tenu au printemps. Les motifs de cette saisine sont les mêmes qui nous ont contraints à saisir le juge des référés en mars 2018 : la fédération a systématiquement violé ses propres statuts.

Elle a organisé ce congrès de telle manière que les syndicats, dont c’est le congrès, portent moins de 30% des voix, le reste étant attribué à des délégués départementaux choisis par la fédération.

La manière dont le congrès s’est déroulé a confirmé l’objectif poursuivi : le règlement intérieur et les commissions étaient bétonnées à l’avance, toutes les voix contestataires ont été agressées, souvent avec violence, pour permettre de faire voter des rapports et des résolutions sans débats sérieux.

Surtout, ce congrès a permis d’adopter de nouveaux statuts qui enterrent définitivement le rôle essentiel des syndicats dans la fédération. Il est désormais écrit noir sur blanc qu’un représentant par département porteur des voix des isolés sera délégué au congrès. Et, selon la fédération, les isolés représentent 75% des adhérents…

La fédération n’est donc plus une union de syndicats mais une espèce de syndicat national des isolés.

Cela met les dirigeants dans une position très confortable : ils pourront désigner les porteurs de 75% des voix à chaque congrès…

Nous avons déjà saisi le juge des référés en mars 2018. Sans nous donner tort sur la violation des statuts, le tribunal a considéré qu’il n’y avait pas d’urgence. La fédération a donc considéré qu’elle pouvait prendre le risque de violer ses propres statuts : elle a rendu les syndicats minoritaires à leur propre congrès et elle a empêché certains syndicats (dont le plus gros de la fédération !) d’être présents.

Au lieu d’assumer le risque qu’elle a voulu prendre, la fédération tente de répondre par le mensonge et l’insulte, par la voix de son secrétaire général.

Non, l’annulation du congrès n’entraînerait ni la disparition de la fédération, ni de tous les mandats, ni de toutes les procédures en cours. Elle nous contraindrait juste à recommencer… en respectant nos statuts !

Cette pure invention est destinée à nous faire peur et à montrer les syndicats contestataires (réfractaires, comme dirait Macron !) comme étant des dangereux irresponsables, voire même des agents de la politique gouvernementale. « Quel est vraiment leur intérêt et leur objectif ? » font-ils semblant de s’interroger.

Non, nous n’avons jamais attendu la fédération pour nous battre contre les patrons et les gouvernements. Non, les secrétaires fédéraux ne se sont jamais montrés indispensables, ni par leur disponibilité, ni par leur compétence, ni par leur combativité (sinon verbale).

En faisant peur sur les mandats, en nous dénigrant, la fédération cherche à obtenir des soutiens par la pression et à esquiver le débat. Mais mentir de manière aussi énorme, insulter des syndicats qui ont plusieurs milliers de membres, n’est-ce pas là la pire marque de mépris envers les adhérents ?

La structure de base de la CGT, c’est le syndicat et ça doit le rester. Si 75% de nos adhérents ne sont pas dans des syndicats, c’est parce que la fédération le veut ! Et si, réellement, elle est attachée à l’expression démocratique de ses adhérents, elle n’a qu’à les organiser convenablement, plutôt que de trafiquer les congrès !

Le 3 septembre 2018

http://www.cgtusbra.com/-
L’audience aura lieu au TGI de Bobigny à 11h le 4 octobre.

Débats du 53° congrès

  • Congrès : une contribution aux débats

    1er février
    Nous avons la bonne habitude, respectueusement pluraliste, de relayer des articles intéressants trouvés dans les publications libertaires ou syndicalistes révolutionnaires. Nous relayons donc ici une analyse des fractures dans la CGT à l’aube du 53° Congrès :
    https://plateformecl.org/cgt-les-en...
    Si nous évitons en général de commenter précisément (...)
  • Des militantes mobilisées autour de Marie Buisson

    1er février
    Vous trouverez ci joint un appel lancé par des dizaines de syndicalistes CGT dont des membres du bureau confédéral. Et aussi des figures bien connues comme Maryline Poulain dont le travail autour des sans-papiers ne pourra pas être disqualifié en le traitant de dérive « sociétale ».
    Lors d’une réunion récente des secrétaires généraux des fédérations la candidature pourtant largement validée par la CEC de (...)
  • Les lambertistes en campagne contre Marie Buisson

    10 janvier
    Les lambertistes du POI, affaiblis depuis la scission avec le POI-D, sont connus pour être le courant le plus brutal et manipulateur du trotskisme français. Ils sont connus aussi pour leur infiltration dans la franc-maçonnerie, et leur place importante dans Force ouvrière. Les plus anciens se souviennent que Lionel Jospin vient de ce courant. Officiellement « prêté » au PS pour faire face au PCF dans (...)
  • Des amendements féministes à débattre pour le 53°

    10 janvier
    Le collectif de militantes qui s’était signalé par un premier tract lors du dernier CCN publie une longue série d’amendements en espérant que les syndicats s’en emparent. En voici le texte. Vous pouvez contacter le collectif : syndicat.cgt.safe gmail.com
    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP PROPOSITIONS D’AMENDEMENTS AU DOCUMENT D’ORIENTATION DU 53ÈME CONGRÈS
    Amendement 2T283 (Thème 2, paragraphe 283) (...)
  • Mateu pose sa candidature contre Marie Buisson

    19 décembre 2022
    Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale des Bouches du Rhône, vient d’annoncer sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT après que le Bureau confédéral ait validé la candidature de Marie Buisson. Et les commentateurs de souligner la nouveauté de cette situation.
    Mais en vrai il n’est pas nouveau que plusieurs dirigeants s’affrontent pour prendre le poste. Sauf qu’alors (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0