Communistes libertaires de la CGT

Commerce : un congrès qui finit au tribunal !

vendredi 21 septembre 2018

Nous avons déjà évoqué les dysfonctionnements majeurs dans la fédération Commerce. En particulier la manipulation des voix des adhérents individuels par la direction fédérale au détriment des syndicats lors des congrès fédéraux.
Le résultat de l’autoritarisme dans la Fédération c’est que cinq syndicats font appel devant les tribunaux de la tenue du dernier congrès. Et pas les moindre : Ansamble (groupe Elior), US Paris, Printemps Paris Haussmann, Gérants-non salariés et Macdo Paris. D’autres pourraient rejoindre la procédure. Nous reproduisons ici les explications des syndicats :

Pourquoi contestons-nous le congrès de la fédération du commerce et des services ?

Cinq syndicats CGT du commerce et des services ont saisi le tribunal d’une demande d’annulation du congrès fédéral qui s’est tenu au printemps. Les motifs de cette saisine sont les mêmes qui nous ont contraints à saisir le juge des référés en mars 2018 : la fédération a systématiquement violé ses propres statuts.

Elle a organisé ce congrès de telle manière que les syndicats, dont c’est le congrès, portent moins de 30% des voix, le reste étant attribué à des délégués départementaux choisis par la fédération.

La manière dont le congrès s’est déroulé a confirmé l’objectif poursuivi : le règlement intérieur et les commissions étaient bétonnées à l’avance, toutes les voix contestataires ont été agressées, souvent avec violence, pour permettre de faire voter des rapports et des résolutions sans débats sérieux.

Surtout, ce congrès a permis d’adopter de nouveaux statuts qui enterrent définitivement le rôle essentiel des syndicats dans la fédération. Il est désormais écrit noir sur blanc qu’un représentant par département porteur des voix des isolés sera délégué au congrès. Et, selon la fédération, les isolés représentent 75% des adhérents…

La fédération n’est donc plus une union de syndicats mais une espèce de syndicat national des isolés.

Cela met les dirigeants dans une position très confortable : ils pourront désigner les porteurs de 75% des voix à chaque congrès…

Nous avons déjà saisi le juge des référés en mars 2018. Sans nous donner tort sur la violation des statuts, le tribunal a considéré qu’il n’y avait pas d’urgence. La fédération a donc considéré qu’elle pouvait prendre le risque de violer ses propres statuts : elle a rendu les syndicats minoritaires à leur propre congrès et elle a empêché certains syndicats (dont le plus gros de la fédération !) d’être présents.

Au lieu d’assumer le risque qu’elle a voulu prendre, la fédération tente de répondre par le mensonge et l’insulte, par la voix de son secrétaire général.

Non, l’annulation du congrès n’entraînerait ni la disparition de la fédération, ni de tous les mandats, ni de toutes les procédures en cours. Elle nous contraindrait juste à recommencer… en respectant nos statuts !

Cette pure invention est destinée à nous faire peur et à montrer les syndicats contestataires (réfractaires, comme dirait Macron !) comme étant des dangereux irresponsables, voire même des agents de la politique gouvernementale. « Quel est vraiment leur intérêt et leur objectif ? » font-ils semblant de s’interroger.

Non, nous n’avons jamais attendu la fédération pour nous battre contre les patrons et les gouvernements. Non, les secrétaires fédéraux ne se sont jamais montrés indispensables, ni par leur disponibilité, ni par leur compétence, ni par leur combativité (sinon verbale).

En faisant peur sur les mandats, en nous dénigrant, la fédération cherche à obtenir des soutiens par la pression et à esquiver le débat. Mais mentir de manière aussi énorme, insulter des syndicats qui ont plusieurs milliers de membres, n’est-ce pas là la pire marque de mépris envers les adhérents ?

La structure de base de la CGT, c’est le syndicat et ça doit le rester. Si 75% de nos adhérents ne sont pas dans des syndicats, c’est parce que la fédération le veut ! Et si, réellement, elle est attachée à l’expression démocratique de ses adhérents, elle n’a qu’à les organiser convenablement, plutôt que de trafiquer les congrès !

Le 3 septembre 2018

http://www.cgtusbra.com/-
L’audience aura lieu au TGI de Bobigny à 11h le 4 octobre.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)
  • Un article dans Alternative libertaire

    8 avril
    Nous tenterons de publier tous les articles trouvés dans la presse libertaire à propos du 52° congrès. Voici celui d’Alternative libertaire ; mars 2019 :
    CGT : Voyage entre les lignes du 52e congrès confédéral
    Le 51e congrès, en 2016, avait stabilisé une direction légitime après les errements des dernières années Thibault et la parenthèse Le Paon. Mais il n’avait réglé aucun débat stratégique. À la peine (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0