Communistes libertaires de la CGT

Dialogue social : Le bureau confédéral valide le terme

mardi 16 octobre 2018

Six fédérations et UD (Fédé de la Chimie, les UD du Nord, du Val-de-Marne, de Paris, des Bouches du Rhône et la Région Centre) avaient réagit fortement en faisant circuler des déclarations contre le courrier unitaire (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC) qui s’adressait aux syndicats patronaux (Medef, CPME et U2P) pour demander l’ouverture de négociations tous terrains.

Les critiques posaient des questions multiples : du refus de principe à signer avec la CFDT en passant par l’absence de contenu revendicatif, de l’absence de rapport de force construit avant la négociation jusqu’au rappel des militants sous pression depuis les grèves du printemps en particulier à la SNCF et à EDF. Enfin les six organisations pointent cette affirmation contenue dans le courrier unitaire :

« Nos organisations syndicales sont très attachées au dialogue social et à la négociation collective interprofessionnelle entre les interlocuteurs sociaux, facteurs de progrès social au bénéfice tant des salariés que des entreprises »

Certes « négociation collective » vient compenser « dialogue social ». Mais comment accepter de signer que le progrès social pourrait profiter en même temps aux salariés qu’aux entreprises ! Car derrière le terme neutre d’entreprises il faut entendre patronat. Et dans la lutte quotidienne entre patronat et salariat pour le partage de la plus-value il y a forcément un gagnant et un perdant.

Dans un courrier de réponse aux six organisations invitées à poursuivre le débat lors du prochain CCN (et de fait jusqu’au congrès de mai prochain) le Bureau Confédéral oublie de répondre sur ce point précis pour s’en tenir à des généralités sur le lien négociation/mobilisation et sur l’importance de l’unité. Et au passage il valide l’emploi du terme « dialogue social » avec cette phrase :

« Oui, il nous faut le réaffirmer, le dialogue social est bénéfique aux salariés, si tant est qu’ils soient associés à l’ensemble du processus qui le constitue »

Or ce concept fumeux de dialogue masque l’offensive idéologique qui veut faire disparaitre la réalité de la lutte des classe au profit d’un dialogue entre « partenaires sociaux ». Et c’est tout l’enjeu politique du débat. Il est évident que pour réussir une démarche unitaire, pour obtenir l’ouverture de négociations, dans le cadre de négociations en position de faiblesse nous pouvons tous avoir écrit des formules éloignées de la brutalité de la lutte des classes pour des raisons tactiques. Avant la grande grève générale expropriatrice, nous sommes tous confrontés à la gestion de modestes victoires et de petites défaites et aux postures inconfortables d’avoir à négocier sans le rapport de force suffisant. Mais les justifier et les théoriser est une toute autre affaire dans le cadre d’un débat interne à la CGT !

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0