Communistes libertaires de la CGT

Dialogue social : Le bureau confédéral valide le terme

mardi 16 octobre 2018

Six fédérations et UD (Fédé de la Chimie, les UD du Nord, du Val-de-Marne, de Paris, des Bouches du Rhône et la Région Centre) avaient réagit fortement en faisant circuler des déclarations contre le courrier unitaire (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC) qui s’adressait aux syndicats patronaux (Medef, CPME et U2P) pour demander l’ouverture de négociations tous terrains.

Les critiques posaient des questions multiples : du refus de principe à signer avec la CFDT en passant par l’absence de contenu revendicatif, de l’absence de rapport de force construit avant la négociation jusqu’au rappel des militants sous pression depuis les grèves du printemps en particulier à la SNCF et à EDF. Enfin les six organisations pointent cette affirmation contenue dans le courrier unitaire :

« Nos organisations syndicales sont très attachées au dialogue social et à la négociation collective interprofessionnelle entre les interlocuteurs sociaux, facteurs de progrès social au bénéfice tant des salariés que des entreprises »

Certes « négociation collective » vient compenser « dialogue social ». Mais comment accepter de signer que le progrès social pourrait profiter en même temps aux salariés qu’aux entreprises ! Car derrière le terme neutre d’entreprises il faut entendre patronat. Et dans la lutte quotidienne entre patronat et salariat pour le partage de la plus-value il y a forcément un gagnant et un perdant.

Dans un courrier de réponse aux six organisations invitées à poursuivre le débat lors du prochain CCN (et de fait jusqu’au congrès de mai prochain) le Bureau Confédéral oublie de répondre sur ce point précis pour s’en tenir à des généralités sur le lien négociation/mobilisation et sur l’importance de l’unité. Et au passage il valide l’emploi du terme « dialogue social » avec cette phrase :

« Oui, il nous faut le réaffirmer, le dialogue social est bénéfique aux salariés, si tant est qu’ils soient associés à l’ensemble du processus qui le constitue »

Or ce concept fumeux de dialogue masque l’offensive idéologique qui veut faire disparaitre la réalité de la lutte des classe au profit d’un dialogue entre « partenaires sociaux ». Et c’est tout l’enjeu politique du débat. Il est évident que pour réussir une démarche unitaire, pour obtenir l’ouverture de négociations, dans le cadre de négociations en position de faiblesse nous pouvons tous avoir écrit des formules éloignées de la brutalité de la lutte des classes pour des raisons tactiques. Avant la grande grève générale expropriatrice, nous sommes tous confrontés à la gestion de modestes victoires et de petites défaites et aux postures inconfortables d’avoir à négocier sans le rapport de force suffisant. Mais les justifier et les théoriser est une toute autre affaire dans le cadre d’un débat interne à la CGT !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0