Communistes libertaires de la CGT

Echos de la séance du lundi 13 mai

mardi 14 mai 2019

Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).

Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs reprises y compris le secrétaire général évoque sans fard telle ou telle difficulté : syndiqués individuels, communication confédérale, formation syndicale... A l’image de son discours de Marseille où il avait désamorcé la critique de l’attentisme confédéral en prenant ses distances avec le « syndicalisme rassemblé », Martinez a délivré un discours qui pose toutes les questions, sans fermer les réponses mais sans vraiment en proposer non plus. Tentant habilement de donner satisfaction aux multiples sensibilités qui traversent l’appareil CGT.

Ainsi des questions internationales : évoquant à tour de rôle des syndicats affiliés CSI et d’autres affiliés FSM, il réussit à les faire tous applaudir pour conclure que l’internationalisme se moque des postures et des affiliations mais se concentre sur le travail réel. Il marque un point en relevant que 107 délégués étrangers venant de 60 pays sont présents. Un record dit-il. Dimanche lors de la journée internationale qui se tenait avant l’ouverture du congrès, les pro-FSM se sont retrouvés en difficulté devant un syndicaliste iranien indépendant, tout juste sorti de prison, qui doit faire face au syndicat officiel du régime iranien, membre de la FSM... Martinez était en revanche un peu moins convaincant en se félicitant des 48% obtenus avec le soutien de la CGT, par une dirigeante de la CGIL italienne pour la direction de la CSI. Car si se score est un échec relatif pour la direction de la CSI, c’est aller un peu vite que d’affirmer le retour de la lutte des classes dans la CSI !

Offensif contre Castaner et la manoeuvre policière organisée le 1° Mai à Paris contre la CGT, il réussit aussi un exercice d’équilibre à propos des Gilets jaunes en soulignant, ce qui n’est pas faux, que si les manifs du samedi sont utiles, les grèves en semaines le sont aussi.

Se réclamant sans ambiguïté d’un syndicalisme du rapport de force « je n’ai jamais convaincu un patron avec des arguments », il confirme une orientation lutte de classe (celle que les médias de lundi, confortés par l’interview de Le Paon dans Le Figaro, dénonce comme responsable du recul des forces CGT). Mais il reste relativement évasif sur le contenu de classe d’un projet politique anti-capitaliste. Ainsi en se réclamant de la déclaration fondatrice de l’OIT : « le travail n’est pas une marchandise », il reprend à son compte un voeux pieu du syndicalisme réformiste. Car justement dans le capitalisme, le travail est une marchandise comme les autres constat qui débouche sur la double besogne chère à la Charte d’Amiens...

Après un long plaidoyer en défense des UL, manifestement destiné à rassurer face à la mise en place des comités régionaux aux pouvoirs renforcés, il a aussi pris soin de rappeler que statutairement notre fédéralisme laissait toute autonomie aux structures CGT, mais qu’elles devaient toujours rechercher une indispensable coopération. Là encore des mots pour ne froisser personne...

Au final un discours ponctué d’applaudissements sans enthousiasme excessif mais sans sifflets non plus. Mardi avec la parole aux délégués nous saurons jusqu’à quel point le déminage a fonctionné !

Débats du 53° congrès

  • Congrès : une contribution aux débats

    1er février
    Nous avons la bonne habitude, respectueusement pluraliste, de relayer des articles intéressants trouvés dans les publications libertaires ou syndicalistes révolutionnaires. Nous relayons donc ici une analyse des fractures dans la CGT à l’aube du 53° Congrès :
    https://plateformecl.org/cgt-les-en...
    Si nous évitons en général de commenter précisément (...)
  • Des militantes mobilisées autour de Marie Buisson

    1er février
    Vous trouverez ci joint un appel lancé par des dizaines de syndicalistes CGT dont des membres du bureau confédéral. Et aussi des figures bien connues comme Maryline Poulain dont le travail autour des sans-papiers ne pourra pas être disqualifié en le traitant de dérive « sociétale ».
    Lors d’une réunion récente des secrétaires généraux des fédérations la candidature pourtant largement validée par la CEC de (...)
  • Les lambertistes en campagne contre Marie Buisson

    10 janvier
    Les lambertistes du POI, affaiblis depuis la scission avec le POI-D, sont connus pour être le courant le plus brutal et manipulateur du trotskisme français. Ils sont connus aussi pour leur infiltration dans la franc-maçonnerie, et leur place importante dans Force ouvrière. Les plus anciens se souviennent que Lionel Jospin vient de ce courant. Officiellement « prêté » au PS pour faire face au PCF dans (...)
  • Des amendements féministes à débattre pour le 53°

    10 janvier
    Le collectif de militantes qui s’était signalé par un premier tract lors du dernier CCN publie une longue série d’amendements en espérant que les syndicats s’en emparent. En voici le texte. Vous pouvez contacter le collectif : syndicat.cgt.safe gmail.com
    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP PROPOSITIONS D’AMENDEMENTS AU DOCUMENT D’ORIENTATION DU 53ÈME CONGRÈS
    Amendement 2T283 (Thème 2, paragraphe 283) (...)
  • Mateu pose sa candidature contre Marie Buisson

    19 décembre 2022
    Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale des Bouches du Rhône, vient d’annoncer sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT après que le Bureau confédéral ait validé la candidature de Marie Buisson. Et les commentateurs de souligner la nouveauté de cette situation.
    Mais en vrai il n’est pas nouveau que plusieurs dirigeants s’affrontent pour prendre le poste. Sauf qu’alors (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0