Communistes libertaires de la CGT

El Khomri : la grève générale, vite !

mardi 23 février 2016

Appel « Ce Code qu’il faut défendre - CQFD », Pétition en ligne, Tribune dans Libération... Ils sont nombreux ces intellectuels et responsables politiques, associatifs ou syndicaux qui prennent la défense du Code du Travail. Et après tout on va pas s’en plaindre. Mais...

Lorsque la majorité d’entre eux sont liés par leur passé dans l’Unef et leurs réseaux dans le PS... on reste prudent (pétition internet sur « Change »).

Lorsque les autres évoquent (dans Libération) un Code « protecteur » on aimerait leur rappeler ce que tout militant a entendu durant son stage de niveau 1 : Le droit du travail, comme l’ensemble du droit d’ailleurs, n’est que la photographie à un moment donné du rapport des forces entre salariés et patrons. Ainsi nous ne défendrons pas le Code du Travail pour ce qu’il est aujourd’hui, un outil déjà fort utile aux patrons, mais parce que les nouvelles rédactions aggraveraient les possibilités offertes aux patrons.

Et si l’appel « CQFD » est plus sympathique, impulsé par la fondation Copernic avec un certain nombre d’universitaires et de dirigeants syndicaux, nous autres travailleurs du rang, nous devons nous garder de faire confiance à celles et ceux qui se proclament si facilement « dirigeants » de nos luttes.

La grève générale sera indispensable pour faire tomber ce projet porter par le gouvernement PS que même certains gaullistes trouvent excessif ! Pas des journées d’actions décentralisées, pas une marche sur Paris ne suffiront à faire reculer le patronat relayé par Hollande. Seule le grève générale permettra de porter un coup d’arrêt à cette loi mais aussi aux lois répressives, à l’inculpation des syndicalistes, à l’état d’urgence et à la déchéance de nationalité, à l’austérité et à l’ultra-libéralisme qui sont un tout.

Or si une grève générale doit enfin s’installer, elle ne naitra que de nos efforts, de notre solidarité et de notre courage de travailleurs. Pour que le mouvement se construise et se développe nous ne devons déléguer sa conduite à personne !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0