Communistes libertaires de la CGT

El Khomri : la grève générale, vite !

mardi 23 février 2016

Appel « Ce Code qu’il faut défendre - CQFD », Pétition en ligne, Tribune dans Libération... Ils sont nombreux ces intellectuels et responsables politiques, associatifs ou syndicaux qui prennent la défense du Code du Travail. Et après tout on va pas s’en plaindre. Mais...

Lorsque la majorité d’entre eux sont liés par leur passé dans l’Unef et leurs réseaux dans le PS... on reste prudent (pétition internet sur « Change »).

Lorsque les autres évoquent (dans Libération) un Code « protecteur » on aimerait leur rappeler ce que tout militant a entendu durant son stage de niveau 1 : Le droit du travail, comme l’ensemble du droit d’ailleurs, n’est que la photographie à un moment donné du rapport des forces entre salariés et patrons. Ainsi nous ne défendrons pas le Code du Travail pour ce qu’il est aujourd’hui, un outil déjà fort utile aux patrons, mais parce que les nouvelles rédactions aggraveraient les possibilités offertes aux patrons.

Et si l’appel « CQFD » est plus sympathique, impulsé par la fondation Copernic avec un certain nombre d’universitaires et de dirigeants syndicaux, nous autres travailleurs du rang, nous devons nous garder de faire confiance à celles et ceux qui se proclament si facilement « dirigeants » de nos luttes.

La grève générale sera indispensable pour faire tomber ce projet porter par le gouvernement PS que même certains gaullistes trouvent excessif ! Pas des journées d’actions décentralisées, pas une marche sur Paris ne suffiront à faire reculer le patronat relayé par Hollande. Seule le grève générale permettra de porter un coup d’arrêt à cette loi mais aussi aux lois répressives, à l’inculpation des syndicalistes, à l’état d’urgence et à la déchéance de nationalité, à l’austérité et à l’ultra-libéralisme qui sont un tout.

Or si une grève générale doit enfin s’installer, elle ne naitra que de nos efforts, de notre solidarité et de notre courage de travailleurs. Pour que le mouvement se construise et se développe nous ne devons déléguer sa conduite à personne !

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0