Communistes libertaires de la CGT

Fédération Transports : le rififi n’est pas fini !

dimanche 3 avril 2016

Après un congrès invraisemblable l’an passé, la lutte interne se poursuit : nous publions ici, pour information, un article de Médiapart :

Fédération des transports CGT : Triche et magouilles au congrès Fédéral

Les congrès de la CGT sont habituellement des instants privilégiés pour exprimer la démocratie, le débat, la force du collectif, le rassemblement et bien entendu la fraternité.

Mais les congrès de la CGT Transports viennent rompre avec cette tradition depuis les deux dernières mandatures.

Le dernier congrès fédéral à Saint Malo en avril 2015 s’est déroulé dans une ambiance plus que houleuse et s’est achevé dans la contestation et de la candidature et de l’élection du Secrétaire Général et du Trésorier.

M. Jérôme Vérité actuel Secrétaire Général, se voit aujourd’hui contesté par une majorité de la commission exécutive fédérale qui l’assigne devant le Tribunal de grande Instance de Bobigny et ce, à l’initiative du très combatif syndicat CGT Air France.

Les faits sont imparables et renvoient vers les dysfonctionnements que l’on peut aujourd’hui observer dans certaines instance fédérales et confédérales. M. Vérité, ainsi que le trésorier de la Fédération sont donc accusés d’avoir été élus par le biais d’une tricherie, d’un détournement de votes (organisé par des membres éminents d’un syndicat CGT RATP) alors en charge de cette répartition des votes..

Tout d’abord, fait extraordinaire, M. Vérité n’a jamais été délégué du personnel, ni délégué syndical, ni membre d’un comité d’entreprise encore moins d’un CHSCT, en fait il n’a tout simplement jamais été syndicaliste !!..

Il était jusqu’en 2003 aide comptable pour la branche route de la CFDT et suite au problème des retraites il a suivi les responsables de l’exécutif de la FGTE-CFDT qui ont adhéré à la CGT.

Son ascension à la CGT renvoie vers le manque cruel de militants et de rajeunissement dans le syndicalisme.

Apparatchik et opportuniste, telles sont les qualifications et compétences de M.Vérité, le bien mal nommé…

Mais comment peut-on devenir Secrétaire Général de la grande Fédération des transports (FNST-CGT) sans être issu d’un syndicat de cette Fédération qui d’ailleurs assure son entière rémunération ? Les statuts de la CGT, et de la Fédération ne le permettent pourtant pas.

A l’origine, il avait déjà été promu secrétaire adjoint par son prédécesseur M.Fourrier, qui n’a pas pu finir son mandat pour une sombre histoire d’entrisme patronal...

Il est aujourd’hui exclu par son syndicat pour des faits assimilés à de la corruption..(Lui pour le coup, plus chanceux que son DRH a pu garder sa chemise ! )

Suite à son exclusion, il a été exfiltré et aspiré par l’appareil confédéral de l’équipe Thibault et maintenu par Messieurs Lepaon et Martinez...Monsieur Fourrier est à ce jour toujours hébergé par la confédération en dehors de toutes les règles, dans des circonstances plus que nébuleuses avec une dernière promotion au CESE en tant que conseiller confédéral CGT..mais ceci est une autre histoire qui ne manquera pas de défrayer la chronique quand elle deviendra notoire…Ces tribulations feront sûrement l’objet d’un prochain article..continuez à m’envoyer vos éléments extrêmement enrichissant..

Mais revenons à la situation explosive et plus qu’inhabituelle de la FNST-CGT

11 syndicats et 20 membres de la Commission Exécutive Fédérale poursuivent M.Vérité et son Trésorier pour tricherie au congrès Fédéral, et ce dernier ne semble pas prêt à démissionner..

Finalement après avoir empiété sur les règles depuis tant d’années, la technique de l’usure souvent bénéfique lui est familière et il s’accrochera à son poste et à son salaire...comme une moule au rocher..et tant pis si ce procès perdu d’avance plonge la Fédération dans un gouffre financier.

L’enjeu de M.Vérité est individuel, il n’a jamais été au service de la Fédération qu’il ne peut représenter dignement.

M.Martinez est bien entendu au fait de la situation pour avoir assisté à ce congrès de Saint Malo, et nul doute qu’il est en copie de l’assignation déposée, mais il se drape manifestement dans une posture de pseudo neutralité bien avantageuse…

Le sujet est sensible et susceptible de perturber sa future élection ...priorité absolue semble-t-il.

On notera , au passage que la candidature de M.Vérité à la commission exécutive confédérale n’a pas été retenue (Il était pourtant un soutien ardent de M.Lepaon dont la roue semble avoir tourné). Les soutiens d’hier sont les boulets d’aujourd’hui.

Décidément les voies politiques de la CGT confédérale sont impénétrables…

Il suffirait pourtant à M.Martinez de glisser un mot à l’oreille de M.Vérité pour résoudre cet épineux problème politique et humain …mais la technique de l’usure encore une fois prend le pas sur le courage politique et cela n’augure rien de bon pour le redressement nécéssaire de la confédération…

La poussière que l’on range sous le tapis, les cadavres que l’on bichonne dans les placards, promettent dès aujourd’hui des lendemains toxiques et mortuaires pour le syndicalisme bien au delà des précédentes affaires immobilières.

Toutes ces turpitudes viennent salir une CGT qui pourtant regorge de talents et de militants convaincus, ceux là mêmes qui manifestent et luttent dans leurs entreprises pour un monde meilleur..

Le combat de la CGT, plus que jamais commence en interne, et tant pis s’il faut étaler au grand jour tous ces dossiers qui ternissent notre image…

Pour lutter contre le « tous pourris », il faut d’abord lutter contre les « pourris » !

https://blogs.mediapart.fr/citoyen-...

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0