Communistes libertaires de la CGT

Fédération Transports : le rififi n’est pas fini !

dimanche 3 avril 2016

Après un congrès invraisemblable l’an passé, la lutte interne se poursuit : nous publions ici, pour information, un article de Médiapart :

Fédération des transports CGT : Triche et magouilles au congrès Fédéral

Les congrès de la CGT sont habituellement des instants privilégiés pour exprimer la démocratie, le débat, la force du collectif, le rassemblement et bien entendu la fraternité.

Mais les congrès de la CGT Transports viennent rompre avec cette tradition depuis les deux dernières mandatures.

Le dernier congrès fédéral à Saint Malo en avril 2015 s’est déroulé dans une ambiance plus que houleuse et s’est achevé dans la contestation et de la candidature et de l’élection du Secrétaire Général et du Trésorier.

M. Jérôme Vérité actuel Secrétaire Général, se voit aujourd’hui contesté par une majorité de la commission exécutive fédérale qui l’assigne devant le Tribunal de grande Instance de Bobigny et ce, à l’initiative du très combatif syndicat CGT Air France.

Les faits sont imparables et renvoient vers les dysfonctionnements que l’on peut aujourd’hui observer dans certaines instance fédérales et confédérales. M. Vérité, ainsi que le trésorier de la Fédération sont donc accusés d’avoir été élus par le biais d’une tricherie, d’un détournement de votes (organisé par des membres éminents d’un syndicat CGT RATP) alors en charge de cette répartition des votes..

Tout d’abord, fait extraordinaire, M. Vérité n’a jamais été délégué du personnel, ni délégué syndical, ni membre d’un comité d’entreprise encore moins d’un CHSCT, en fait il n’a tout simplement jamais été syndicaliste !!..

Il était jusqu’en 2003 aide comptable pour la branche route de la CFDT et suite au problème des retraites il a suivi les responsables de l’exécutif de la FGTE-CFDT qui ont adhéré à la CGT.

Son ascension à la CGT renvoie vers le manque cruel de militants et de rajeunissement dans le syndicalisme.

Apparatchik et opportuniste, telles sont les qualifications et compétences de M.Vérité, le bien mal nommé…

Mais comment peut-on devenir Secrétaire Général de la grande Fédération des transports (FNST-CGT) sans être issu d’un syndicat de cette Fédération qui d’ailleurs assure son entière rémunération ? Les statuts de la CGT, et de la Fédération ne le permettent pourtant pas.

A l’origine, il avait déjà été promu secrétaire adjoint par son prédécesseur M.Fourrier, qui n’a pas pu finir son mandat pour une sombre histoire d’entrisme patronal...

Il est aujourd’hui exclu par son syndicat pour des faits assimilés à de la corruption..(Lui pour le coup, plus chanceux que son DRH a pu garder sa chemise ! )

Suite à son exclusion, il a été exfiltré et aspiré par l’appareil confédéral de l’équipe Thibault et maintenu par Messieurs Lepaon et Martinez...Monsieur Fourrier est à ce jour toujours hébergé par la confédération en dehors de toutes les règles, dans des circonstances plus que nébuleuses avec une dernière promotion au CESE en tant que conseiller confédéral CGT..mais ceci est une autre histoire qui ne manquera pas de défrayer la chronique quand elle deviendra notoire…Ces tribulations feront sûrement l’objet d’un prochain article..continuez à m’envoyer vos éléments extrêmement enrichissant..

Mais revenons à la situation explosive et plus qu’inhabituelle de la FNST-CGT

11 syndicats et 20 membres de la Commission Exécutive Fédérale poursuivent M.Vérité et son Trésorier pour tricherie au congrès Fédéral, et ce dernier ne semble pas prêt à démissionner..

Finalement après avoir empiété sur les règles depuis tant d’années, la technique de l’usure souvent bénéfique lui est familière et il s’accrochera à son poste et à son salaire...comme une moule au rocher..et tant pis si ce procès perdu d’avance plonge la Fédération dans un gouffre financier.

L’enjeu de M.Vérité est individuel, il n’a jamais été au service de la Fédération qu’il ne peut représenter dignement.

M.Martinez est bien entendu au fait de la situation pour avoir assisté à ce congrès de Saint Malo, et nul doute qu’il est en copie de l’assignation déposée, mais il se drape manifestement dans une posture de pseudo neutralité bien avantageuse…

Le sujet est sensible et susceptible de perturber sa future élection ...priorité absolue semble-t-il.

On notera , au passage que la candidature de M.Vérité à la commission exécutive confédérale n’a pas été retenue (Il était pourtant un soutien ardent de M.Lepaon dont la roue semble avoir tourné). Les soutiens d’hier sont les boulets d’aujourd’hui.

Décidément les voies politiques de la CGT confédérale sont impénétrables…

Il suffirait pourtant à M.Martinez de glisser un mot à l’oreille de M.Vérité pour résoudre cet épineux problème politique et humain …mais la technique de l’usure encore une fois prend le pas sur le courage politique et cela n’augure rien de bon pour le redressement nécéssaire de la confédération…

La poussière que l’on range sous le tapis, les cadavres que l’on bichonne dans les placards, promettent dès aujourd’hui des lendemains toxiques et mortuaires pour le syndicalisme bien au delà des précédentes affaires immobilières.

Toutes ces turpitudes viennent salir une CGT qui pourtant regorge de talents et de militants convaincus, ceux là mêmes qui manifestent et luttent dans leurs entreprises pour un monde meilleur..

Le combat de la CGT, plus que jamais commence en interne, et tant pis s’il faut étaler au grand jour tous ces dossiers qui ternissent notre image…

Pour lutter contre le « tous pourris », il faut d’abord lutter contre les « pourris » !

https://blogs.mediapart.fr/citoyen-...

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0