Communistes libertaires de la CGT

Filpac : ça bouge dans les syndicats

samedi 21 mai 2016

La Filpac connait depuis des années une crise larvée qui paralysait en partie son activité. La défiance entre syndicats parisiens, les plus gros du pays, aboutissait à un éclatement en deux branches :
d’un côté le maintien d’une structure dite du Comité Inter avec le syndicat des Correcteurs, la scission des rotativistes de presse quotidienne qui quittaient le Syndicat Général pour fonder leur syndicat le SIP, la sécession de la section routage (REC qui devait se dissoudre rapidement), la transformation de la Chambre Typographique en Info’com qui entrait en concurrence directe avec les journalistes du SNJ-CGT.
de l’autre côté le Syndicat général du livre et de la communication écrite (SGLCE) qui regroupait encore plus de 2 000 adhérents dans le secteur Labeur, la distribution (Presstalis et SAD), les départs et la maintenance de presse quotidienne, un secteur employé important et les entreprises de routage qui n’avaient pas suivis les secrétaires dans la sécession. Le SGLCE entretient d’excellentes relation avec le SNJ-CGT.
Alors que le premier pôle dirigeait la Fédération, le SGLCE se retrouvait en opposition forte avec la fédération. La divergence, sur plusieurs dossiers professionnels, avait pris un tour plus dur en 2010 quand le SGLCE arrêtait la presse nationale à chaque journée d’action pour les retraites contre l’avis du pôle fédéral qui traitait alors les grévistes d’aventuriers...
Le dernier congrès à l’automne semblait avoir apaisé les tensions. Mais c’est finalement le bloc fédéral qui a implosé de lui-même, certains secteurs refusant de laisser la communication fédérale, sur une ligne très gauche, aux mains d’un seul militant par ailleurs dépourvu de mandat électif. Communication très gauche qui ne convenait pas aux secteurs les moins combatifs, mais pas plus qu’aux secteurs combatifs (dans le papier-carton entre autre) car ne reposant sur aucune réalité pratique...
Mis en minorité à la direction fédérale à l’occasion d’un appel à rejoindre « Nuit Debout » (lancé par Info’com, le SIP et le syndicat de Bordeaux) le secrétaire fédéral, issu d’Info’com, a mis sa démission sur la table. Comme dans l’affaire de la communication fédérale, le texte en lui-même n’était pas inintéressant, mais en décalage total avec les pratiques réelles. D’ailleurs, alors qu’Info’com avait programmé un rendez-vous avec Nuit Debout dans une imprimerie à La Courneuve, les rotativistes du SIP ont finalement refusé d’accueillir Nuit Debout, plaçant même un SO à l’entrée de l’imprimerie au cas où !!!
Reste à savoir quelle direction fédérale va émerger de cette situation, complexe. Et sur quelle orientation syndicale. La priorité étant, de toute évidence, de créer les conditions d’un retour à un travail commun de toutes les parties.
En attendant, la situation syndicale parisienne vient de connaitre un petit évènement avec une vraie portée symbolique : le Syndicat des Correcteurs, très affaibli par la quasi élimination du métier en presse, fait le choix lors de son AG ce jour d’intégrer le Syndicat Général du Livre. Créer en 1881 et longtemps dirigé par des libertaires prestigieux, il poursuivra son travail dans le cadre d’une section du SGLCE. Un rapprochement qui devrait être mutuellement avantageux.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0