Communistes libertaires de la CGT

Front Social : Déclaration de l’UD de Paris

samedi 24 juin 2017

Nous reprenons ici une déclaration du Bureau de l’UD de Paris. Nous partageons l’idée que si la manière de faire des fondateurs du Front Social pose des problèmes, agir et débattre c’est partout et avec tout le monde. Nous partageons aussi le constat sur les réactions de la direction confédérale qui sont en dessous des enjeux face à l’ampleur des attaques annoncées. Le 27 juin doit aussi être l’occasion d’exiger plus de nos dirigeants confédéraux :

Déclaration du Bureau de l’UD

Aller au contact et rassembler, une constante de l’UD CGT de Paris

La construction du rapport de force indispensable pour gagner sur les revendications et combattre les projets néfastes du patronat et du gouvernement nécessite de rassembler le plus grand nombre de travailleur.se.s.

Actifs, retraités, privés d’emploi, du privé comme du public, de toutes générations : personne n’échappe à cette impérieuse nécessité de la lutte unitaire.

Au sein de la CGT parisienne, beaucoup d’énergie militante est consacrée à susciter les luttes, à les mener, à les connaître, à les valoriser, à solidariser, à impulser la convergence des luttes.

Dans la CGT, les échanges d’expériences et de points de vue entre organisations de la CGT permettent également de faire grandir la mobilisation au niveau national interprofessionnel.

Sur le terrain des luttes ou lors de réunions provoquées par telle ou telle organisation (syndicats, associations,…), des initiatives de rassemblement sont prises, qui se traduisent par des processus

unitaires ou parfois par la création de collectifs.

Depuis 2016, avec FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, l’UD CGT de Paris tient tout son rôle dans la riposte unitaire face aux projets de destruction du code du travail.

C’est cette même démarche qui a conduit le secrétaire général de l’UD CGT de Paris à prendre la parole lors du rassemblement organisé par le Front Social, place de la Concorde, le 19 juin.

Bien que ne faisant pas partie du Front Social, l’UD CGT de Paris a expliqué son propre rôle dans la construction du rapport de force, en valorisant les luttes existantes et en appelant au rassemblement-meeting régional du 27 juin initié par l’URIF CGT.

L’invitation faite par le Front Social à nous exprimer montre un esprit d’ouverture. Effectivement, il y a une écoute réciproque et une envie de débattre, y compris de façon contradictoire.

Notre réserve quant à la démarche du Front Social ne se traduit pas par un mépris à son égard.

Notre démarche de rassemblement est exigeante ; elle nécessite un peu de temps et beaucoup de patience ! Dans l’ensemble, l’UD CGT de Paris trouve que le tempo de la construction de la mobilisation unitaire nationale interprofessionnelle est trop lent.

Il faut accélérer la construction de la riposte, nous nous y employons en premier lieu sur chaque lieu de travail où la CGT est implantée.

Paris, le 23 juin 2017

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0