Communistes libertaires de la CGT

GLI : pour une gauche syndicale internationale

samedi 25 novembre 2017

Du 21 au 23 novembre, le Global Labour Institute (GLI) , soutenu par le React (Réseaux pour l’action collective internationale), organisait sa première « université d’automne francophone », consacré au syndicalisme international, sur un thème qui ne peut que nous motiver : « internationalisme syndical : s’organiser et gagner ». La session était co-organisée avec la CGT et l’Union syndicale Solidaires. Pour les quelques 90 personnes qui ont participé à tout ou partie de ces trois journées d’échanges et de réflexions, le bilan s’avère positif.
Un des acquis est sans doute d’apprendre à travailler ensemble : militant.es CGT et Solidaires, mais aussi militant.es de syndicats impliqués dans les internationales du type ITF, UITA, etc. et de syndicats investis dans le Réseau syndical international de solidarité et de luttes, miltant.es syndicaux et associatifs, militant.es en France mais aussi en Belgique, au Canada, en Suisse, au Maroc, en Tunisie, au Sénégal, etc. (mais aussi au Brésil, en Argentine ou en Uruguay, au-delà de la francophonie !).
Quelques interventions, dont celles de Bernard Thibault à propos de l’OIT et de Fabienne Cru du secteur international sur les multinationales, encadraient de très larges temps de discussions impliquant l’ensemble des participants et participantes. Et ce fut l’occasion d’aborder des questions fondamentales : le rôle du syndicalisme dans le processus de transformation sociale, … le processus révolutionnaire a-t-on dit à plusieurs reprises, le pouvoir populaire ou pouvoir des travailleurs et des travailleuses, les liens entre organisations syndicales, associatives et politiques, … Autant de sujets dont nombre de cessionnaires n’ont pas manqué de rappeler avec justesse qu’ils ne prenaient tour leur intérêt que si nous décidons de les traiter au sein des collectifs militants de base, dans les syndicats et les Unions locales notamment.
Pour en savoir plus sur le GLI : http://www.globallabour.info/fr/

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0