Communistes libertaires de la CGT

Généraliser les revendications pour généraliser la grève et les blocages

vendredi 13 décembre 2019

Là où se tiennent des AG dans les UL, les UD, après les manifs, il est frappant de constater qu’un grand nombre de personnes, non-syndiquées, viennent débattre et faire des propositions quoique souvent très critiques vis-à-vis des syndicats.

C’est toujours un peu déstabilisant pour une direction syndicale, et plus compliqué encore pour une intersyndicale, d’avoir à répondre à ces personnes qui ne sont pas (plus ?) dans un collectif de travail traditionnel : retraités, chômeurs, auto-entrepreneurs, salariés ultra-précaires. Car c’est d’abord sur l’entreprise et la branche professionnelle que les syndicats sont structurés et spontanément pertinents.

Et pourtant ces hommes, ces femmes font partie de notre camp social et leur envie de se mobiliser, déjà fort visible dans le mouvement des Gilets Jaunes, est un atout face à Macron. Réussir la jonction est donc un enjeu immédiat dans la lutte pour le retrait de la loi Macron sur les retraites, mais à plus long terme c’est aussi un enjeu pour faire revenir au syndicalisme ces travailleurs.

Deux constats à l’issue de ce type de discussions : ces travailleurs éloignés du syndicalisme s’imaginent nos structures toutes puissantes et hostiles à toute radicalité ; ils disent aussi, à juste titre, que le combat des retraites n’est pas leur seul calendrier : et que la destruction de nos acquis, de nos services publics au nom du libéralisme mérite un affrontement total pour détruire le capitalisme.

Or ce que le mouvement actuel confirme, après les deux années de lutte contre la destruction du code du travail, c’est justement un effondrement important de nos forces syndicales, dans les entreprises comme dans les UL et UD. Notablement les secteurs industriels qui se maintiennent dans les Ports, les Raffineries, des bassins comme Rouen, Lyon ou Marseille sont à la pointe des grèves et des blocages. Mais combien de départements sinistrés sur le plan de l’emploi où les forces syndicales ont été affaiblies, balayées quand elles ne sont pas paralysées par des sectarismes d’un autre âge ou des pratiques antidémocratiques insupportables voir un népotisme qui frôle la corruption ?

Reconstruire nos forces syndicales autour de logiques de professions et d’intérêts et sortir de la priorité au syndicat d’entreprise est une leçon à nouveau confirmée par nos difficultés.

Redonner à nos actions, propagande et mots d’ordre leur cohérence globalement anti-capitaliste est également une nécessité pour rallier les énergies : A l’approche du 1° janvier, il est très urgent de rajouter la hausse du SMIC en gros sur tous nos tracts.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0