Communistes libertaires de la CGT

Gérald Le Corre : Victoire au Conseil d’Etat

samedi 14 mars 2020

Notre site ne peut traiter et suivre toutes les affaires de répression syndicale. Mais nous avions relayé l’alerte sur ce cas très particulier où l’Etat s’autorisait à refuser de reconnaitre un militant CGT mandaté par son organisation. Les décisions du Conseil d’Etat seront-elles respectées ?

VICTOIRE AU CONSEIL D’ÉTAT
Réintégration d’un inspecteur du travail mandaté CGT
À la demande du Directeur Général du Travail, la Direccte puis le Préfet de Normandie ont respectivement pris la décision, en janvier 2019, d’exclure notre camarade Gérald Le Corre, inspecteur du travail mandaté CGT, de l’Observatoire du dialogue social et du Comité Régional d’Orientation des Conditions de Travail (CROCT).
L’argument : il ne serait pas possible d’être Inspecteur du travail et représentant CGT dans des instances interprofessionnelles car cela pourrait remettre en cause « l’impartialité du système d’inspection du travail ». Le ministère du travail entendait donc remettre en cause le droit – prévu par les conventions de l’Organisation
International du Travail – des organisations syndicales de choisir librement leurs représentants sans que l’État ne s’immisce dans cette désignation.
Saisi en urgence par la CGT, le Tribunal Administratif de Rouen a cependant ordonné, le 13 mars 2019, la suspension des arrêtés d’exclusion, en raison de l’atteinte à la liberté syndicale et aux droits des organisations syndicales de choisir librement leur représentant.
Persévérant, le ministère du Travail a alors déposé un recours en cassation, reprochant à Gérald Le Corre d’être l’auteur d’un communiqué CGT mettant en cause la responsabilité de l’État au plus haut niveau concernant la catastrophe Lubrizol, à Rouen.
Dans deux décisions du 11 mars 2020, le Conseil d’État a donc tranché, rejetant les pourvois du ministère du Travail. Il reprend à son compte nos arguments à savoir que la nomination de Gérald Le Corre en qualité de représentant des salariés, sur proposition de la CGT, est une décision individuelle créatrice de droits que l’administration ne pouvait contester, passé un délai de quatre mois après la nomination.
Ces décisions du Conseil d’État sont une nouvelle victoire contre les manoeuvres antisyndicales. Aussi, nous exigeons de la Ministre du travail et du Directeur Général du Travail qu’ils s’engagent immédiatement à cesser toute atteinte à la liberté syndicale, en commençant par faire abroger les arrêtés de janvier 2019 excluant Gérald Le Corre du CROCT et de l’observatoire du dialogue sociale, ce qui permettrait de mettre un terme à la procédure au fond qui se poursuit désormais au Tribunal Administratif de Rouen.
Nous exigeons aussi du préfet de la région Normandie qu’il revienne sur sa décision, désormais confirmée par écrit, d’exclure notre camarade Gérald du Comité de Dialogue et de Transparence Lubrizol.
Alors que se multiplient, partout en France, les actes de criminalisation de l’action syndicale, les poursuites disciplinaires et pénales contre les grévistes, nous continuerons de défendre sans relâche la liberté syndicale remise en cause par le gouvernement Macron et le patronat.
Montreuil, le 13 mars 2020

Débats du 53° congrès

  • Des militantes mobilisées autour de Marie Buisson

    17 janvier
    Vous trouverez ci joint un appel lancé par des dizaines de syndicalistes CGT dont des membres du bureau confédéral. Et aussi des figures bien connues comme Maryline Poulain dont le travail autour des sans-papiers ne pourra pas être disqualifié en le traitant de dérive « sociétale ».
    Lors d’une réunion récente des secrétaires généraux des fédérations la candidature pourtant largement validée par la CEC de (...)
  • Les lambertistes en campagne contre Marie Buisson

    10 janvier
    Les lambertistes du POI, affaiblis depuis la scission avec le POI-D, sont connus pour être le courant le plus brutal et manipulateur du trotskisme français. Ils sont connus aussi pour leur infiltration dans la franc-maçonnerie, et leur place importante dans Force ouvrière. Les plus anciens se souviennent que Lionel Jospin vient de ce courant. Officiellement « prêté » au PS pour faire face au PCF dans (...)
  • Des amendements féministes à débattre pour le 53°

    10 janvier
    Le collectif de militantes qui s’était signalé par un premier tract lors du dernier CCN publie une longue série d’amendements en espérant que les syndicats s’en emparent. En voici le texte. Vous pouvez contacter le collectif : syndicat.cgt.safe gmail.com
    LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP PROPOSITIONS D’AMENDEMENTS AU DOCUMENT D’ORIENTATION DU 53ÈME CONGRÈS
    Amendement 2T283 (Thème 2, paragraphe 283) (...)
  • Mateu pose sa candidature contre Marie Buisson

    19 décembre 2022
    Olivier Mateu, secrétaire général de l’Union départementale des Bouches du Rhône, vient d’annoncer sa candidature au poste de secrétaire général de la CGT après que le Bureau confédéral ait validé la candidature de Marie Buisson. Et les commentateurs de souligner la nouveauté de cette situation.
    Mais en vrai il n’est pas nouveau que plusieurs dirigeants s’affrontent pour prendre le poste. Sauf qu’alors (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0