Communistes libertaires de la CGT

Goodyear : Comité de soutien à Paris

mercredi 17 février 2016

Mardi 16 février, c’est dans la grande salle de la Bourse du Travail de Paris et sous l’égide de l’UD-CGT 75 que s’est ouvert le Tour de France des Goodyear pour développer les comités de soutien aux camarades qui risquent 9 mois de prison ferme.

Leur avocat ouvrait la discussion en indiquant que la mobilisation devait aboutir à la relaxe, au retrait de la plainte du procureur d’Amiens. Et qu’il fallait se tenir prêt, à n’importe quel moment, pour réussir une immense manifestation à Amiens le jour où se tiendra le procès en Appel.

Mickael Wamen a immédiatement donné la pleine dimension politique de ce combat en indiquant qu’une victoire pour les Goodyear serait une victoire contre toutes les répressions syndicales en cours. L’élan de solidarité autour du cas des Goodyear pouvant être un point de départ pour inverser la pression non seulement sur la défense des libertés syndicales mais sur l’indispensable grève générale prolongée qui permettra seule de stopper l’offensive ultra-libérale.

En plaçant le débat au coeur de la CGT, rappelant le silence de Thibault et Lepaon durant les 7 années de lutte acharnée pour la défense de l’usine d’Amiens, Mickael a plaidé fortement pour que toutes les fédérations CGT se rassemblent autour d’une date précise et des revendications précises et pour que la question de la grève générale soit au centre des débats du 51° congrès.

S’il a redit sa certitude que seule la CGT possède les forces pour construire cette grève générale, il en a aussi appelé à l’unité de toutes les forces qui se placent dans ce même objectif en insistant sur le fait que la manif qui se tiendra le jour de l’Appel à Amiens ne sera pas une fin en soi mais le début d’un mouvement qui doit s’élargir et se poursuivre, même en cas de victoire pour les 8 Goodyear.

Indiquant qu’il se fichait pas mal des primaires de droite comme de gauche, il a conclu sur la construction du rapport des forces et de la grève comme outil essentiel de la lutte des classes.

En écho, le secrétaire de l’UD de Paris insistait en confirmant : une journée d’action n’y suffit pas, manifester tous les jours dans Paris n’y suffit pas, c’est la grève et les piquets de grève qui font plier les patrons et les gouvernements.

Plus de 150 personnes assistaient à la réunion. Des militants de SUD-Educ et de SUD-PTT sont intervenus ainsi que JB Eyraud, animateur de Droit au Logement (DAL) qui apportait le soutien et l’appel à convergence du Collectif STOP Etat d’Urgence en rappelant qu’après les manifs du 30 janvier, une nouvelle date de mobilisation était prévue pour le 12 mars.

La réunion s’est achevée avec le rappel aux tâches du jour :

  • Faire signer la pétition (160 000 signatures à ce jour) dans les boites et sur les marchés
  • Créer des comités et tenir des réunions publiques
  • Tenir des réunions dans les Facs (proposition de Wamen pour aller rencontrer les jeunes)

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0