Communistes libertaires de la CGT

Libérez Antoine !

mercredi 25 mai 2016

Nous publions ci-joint la déclaration unitaire des UD du 59 :

Nous sommes solidaires : libérez Antoine !
Les organisations syndicales départementales du Nord CGT, Solidaires, FSU, CNT exigent la libération immédiate de notre camarade Antoine, jeune travailleur précaire arrêté lors de la manifestation lilloise du 17 mai et maintenu en détention jusqu’à son procès fixé au 9 juin.
Rien de justifiait l’arrestation d’Antoine, militant syndical et manifestant parmi des milliers d’autres manifestants et manifestantes.
Cette arrestation s’inscrit dans une vague répressive qui touche tout le pays ; celle-ci vise particulièrement les organisations actives dans le mouvement social qui dure depuis plus deux mois ; nos organisations syndicales sont particulièrement ciblées : arrestations, provocations policières, intrusion dans des locaux syndicaux, charges contre des piquets de grève…
Ce qui est en réalité reproché à Antoine, ce qu’on veut lui faire payer, c’est d’avoir refusé la procédure de comparution immédiate (qui ne permet pas d’assurer le minimum de droit de la défense) et d’être militant syndicaliste, antifasciste et libertaire particulièrement actif dans le Valenciennois. Antoine est victime de l’arbitraire le plus total. Outre les conséquences morales, son emprisonnement pour des semaines aurait des conséquences dramatiques pour ce jeune travailleur précaire.
Nos organisations syndicales départementales CGT, Solidaires, FSU, CNT :

  • affirment leur solidarité avec Antoine,
  • relaient le besoin de soutien financier,
  • appellent toutes les structures syndicales, locales ou nationales, à soutenir Antoine,
    et surtout exigent sa libération immédiate.
    Le 25 mai 2016.
    Les structures syndicales, locales ou nationales, qui soutiennent cet appel peuvent le signaler
    à une de nos organisations ou à syndicatscgtdouai gmail.com
    CGT/Solidaires/Fsu/Cnt

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0