Communistes libertaires de la CGT

Lorient : bloquer/débloquer c’est toujours travailler...

samedi 28 mai 2016

La sagesse prolétarienne connait cette phrase de bon sens : faire et défaire c’est toujours travailler. Et donc être payé ! C’est une philosophie ironique face aux ordres et contre-ordres de la maitrise et du patron. Voilà donc le nouveau jeu des flics :

« Une belle journée de blocages et manifestation qui a finit au dépot pétrolier en débordant la police locale puis les gendarmes mobiles. La peur change de camp, car la population est déterminée à ne pas laisser passer la loi »travail".

Récit :
5h30, blocage de la pénétrante en place. Les premiers camions sont déjà bloqués et les voitures passent sur le coté. Le barrage filtrant se poursuit toute la matinée, avec diffusion du tract intersyndical (CGT, FO et Sud-Solidaires), partage de thé et de café, discussions et gestion de quelques automobilistes trop pressés.

9h30, on rejoint à quelques un-e-s les militant-e-s des Finances Publiques qui distribuent le tract expliquant la loi « travail » à leurs collègues non grévistes. Les gens s’amassent peu à peu sur la place de l’Hôtel de ville, avant le départ de la manifestation à 10h.

10h30, à peine partie, la manifestation emprunte l’avenue de la Marne, en direction du port de Keroman. Après avoir forcé un léger barrage de la police de Lorient, la manifestation a débordé un second barrage de Gendarmes mobiles. Le sourire est sur toutes les lèvres, car beaucoup se souviennent très bien des violences policières à cet endroit, lors du mouvement pour les retraites en 2010.

Arrivé-es devant le dépot pétrolier où attendaient d’être remplis quelques camions-citernes, les manifestant-e-s ont continué d’avancer pacifiquement. Malgré cela, des agents de la police de Lorient ont jeté des grenades lacrymogènes, sans distinction d’age, de sexe ni de couleur syndicale/politique. Ceux-ci se sont enfuis en montant dans leurs camions et voitures quand le gros de la manifestation s’est à nouveau dirigée vers eux, une fois le nuage irritant un peu dissipé. Les gardes mobiles sont revenus un peu plus tard pour dégager l’entrée du dépot pétrolier à coup de gaz et de matraques. La détermination pacifique des manifestant-e-s n’a pas suffit à tenir les barricades improvisées à la va-vite.

Vers 12h, une fois l’entrée du dépot dégagée, la manifestation se disperse un peu plus (une partie l’était déjà quand les gendarmes on gazé l’arrière du cortège où restaient les personnes en moins bonne capacité à courrir ou prendre des coups, celles accompagnées d’enfants et les moins déterminé-e-s). Avant de se disperser, 200 à 300 personnes restent, en discutant et en profitant du bar « Chez Finette » juste à coté, face aux gendarmes, qui ont (presque) finit leur sale boulot pour protéger les profits et le capitalisme (du moins, pour aujourd’hui).

Malgré l’absence d’action ensuite, l’après-midi sera utile aux échanges sur cette journée, aux discussions sur la suite du mouvement et au repos.

On Bloque tout, jusqu’au retrait de la loi « travail » !"

En direct de Lorient.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0