Communistes libertaires de la CGT

Nantes : Assez de violences policières

lundi 2 avril 2018

Nous publions ici une déclaration de l’UD CGT 44 claire et nette suite à la manifestation du 31 mars contre les expulsions (de locataires, de syndicalistes, d’exilés, de zadistes...) :

La manifestation nantaise contre toutes les expulsions suite à la fin de
la trêve hivernale a rassemblé aujourd’hui 2000 personnes.
Cette manifestation a été un exemple de dignité mais aussi de volonté
d’avancer pour des solutions pérennes. Aucun débordement n’a été
constaté, y compris par les médias présents. Pourtant les forces de
l’ordre ont, une nouvelle fois, usé de façon disproportionnée de la
force : jets de lance à eau et de gaz lacrymogène sans aucune raison,
dispositif d’encerclement perpétuel, hélicoptère. Pour finir, le cortège
qui avait annoncé rejoindre symboliquement l’EHPAD de Bréa, qui est
occupé par des exilés, a été nassé sans solution de direction. Aucune
explication. on peut penser que le message préfectoral est « Vous ne
choisirez plus votre destination, vous ne manifesterez qu’à nos
conditions ».

Après la manif, le rassemblement dans le calme et la bonne humeur de 200
personnes devant l’EHPAD , a été encerclé par un déploiement provocant
sans fondement. Cette stratégie de la tension est inquiétante et révoltante.
Il existe plusieurs sources qui font état d’une rafle d’un exilé en
voiture par 4 hommes cagoulés qui l’ont tabassé, fait respiré des
lacrymogènes et exigé des noms sur des vidéos qu’il lui ont montré. Si
ces faits sont avérés la CGT sollicitera le justice.

Le droit de manifester à Nantes est donc remis en cause. L’argument des
dégradations ne tient plus. Celui de la menace zadiste non plus. Les
pouvoirs publics entendent tout simplement museler toutes les
revendications sociales et sociétales. Le mouvement social qui s’annonce
ne pourra tolérer une telle atteinte aux libertés individuelles et
collectives. La responsabilité de l’Etat est donc engagée. Enfin, le
cout du dispositif interroge : comment légitimer le déploiement de 500
CRS , de la bac, d’un hélicoptère qui survole 3 heures durant Nantes ?
L’argent semble là pour réprimer, pas pour loger les sans-abris.

Concernant les motivations de cette manifestation, la CGT tient à
réaffirmer la nécessité de refuser toutes les expulsions qu’elles soient
contre les exilés, les squatteurs, les SDF, militants sur des occupations.

L’appel très large de nombreuses associations, de syndicats et de
collectifs d’occupants est néanmoins un succès qui doit aboutir à la
table ronde que nous demandons depuis des mois. Une première victoire
est à mettre à l’actif de la mobilisation des occupants d’une part et de
l’intersyndicale d’autre part : la mairie de Nantes a fait un premier
pas important pour un logement inconditionnel. La CGT salue cette
initiative. Pour autant la réponse est encore insuffisante vu l’ampleur
du problème et le nombre de personnes à la rue (migrants, SDF,
précaires). La mobilisation continue.

Samedi 31 mars

L’UD CGT 44

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0