Communistes libertaires de la CGT

Nantes : L’union locale interpelle la Confédération

vendredi 13 octobre 2017

Nous publions ici une motion de l’UL CGT de Nantes pour alimenter un débat compliqué sur la mobilisation contre les ordonnances. Comme en 2016, nombre de militants constatent que le premier obstacle à l’élargissement n’est pas le positionnement de telle ou telle confédération (qu’il est toujours bon d’aiguillonner !) mais bien le défaitisme qui règne dans une majorité d’entreprises. Ce qui nous oriente, ici, à axer davantage vers la reconstruction de liens dans les entreprises et les localités plutôt que vers la critique des faiblesses des directions syndicales, même si ces défaillances ne favorisent évidemment pas la confiance des travailleurs en leurs propres forces :

Motion de l’UL CGT de Nantes à la Confédération

À Nantes, le 5 octobre 2017
Cher.e.s camarades,
Nous sommes tous conscients des attaques sans précédent à l’oeuvre
contre le monde du travail. Depuis plusieurs semaines, la lutte contre les
ordonnances macron a commencé. La CGT est à la pointe du combat et tou.te.s
nos militant.e.s sont persuadé.e.s qu’une nouvelle défaite sociale aurait des
conséquences dramatiques non seulement pour l’ensemble du salariat, mais
aussi pour notre syndicalisme de lutte et les valeurs de progrès social qu’il porte.
Dans ce contexte, il ne nous parait pas opportun d’aller discuter avec le
gouvernement le 12 octobre sur la formation professionnelle, l’apprentissage et
l’assurance-chômage, comme pour dire : « les ordonnances sont passées, sujet
suivant ! » Aujourd’hui, la stratégie de notre confédération nous interroge et nous
inquiète. En effet, à notre sens, elle n’est pas lisible et ne donne pas un signal
assez fort aux salarié.e.s qui puisse leur redonner confiance et espoir.
Aussi, afin de préparer les esprits dans les entreprises et de construire
une lutte puissante et longue à même de nous faire gagner, nous proposons de
fixer une grande journée d’action interprofessionnelle d’ici environ 3 semaines
dans la perspective d’une grève reconductible, perspective annoncée comme telle. Bien entendu, nous souhaitons que cet appel se fasse dans le cadre d’un
syndicalisme rassemblé, mais sans illusion pour ceux qui n’ont eu de cesse
d’accompagner les régressions sociales.
À cet effet, nous devons nous donner les moyens de mobiliser toute la
CGT d’ici cette date. Un appel national à la grève jusqu’à la fin de l’année est
nécessaire pour toutes les branches afin de couvrir tou.te.s les grévistes sur la
période. Aux UL, aux UD, aux Fédérations de contacter individuellement les
responsables de tous nos syndicats afin que partout des assemblées générales
soient déclenchées dans les entreprises pour convaincre les salarié.e.s de la
gravité de la situation et de la nécessité de la grève pour faire reculer le
gouvernement. Par ailleurs, il serait souhaitable que des moyens financiers
soient dégagés pour permettre à la lutte de tenir, par exemple des caisses de
luttes et d’autres moyens à inventer. Tout cela doit être annoncé publiquement
afin de montrer aux salarié.e.s que nous sommes prêts à y aller pour de bon.
Qu’avons-nous de plus à perdre ? Nous devons mettre toutes nos forces
dans la bataille avant qu’il ne soit trop tard.
Comptant sur vous, soyez assuré.e.s, cher.e.s camarades, de tout notre
plein engagement pour notre CGT et ses valeurs
Bien fraternellement
L’Union Locale CGT de Nantes

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0