Communistes libertaires de la CGT

Nantes : L’union locale interpelle la Confédération

vendredi 13 octobre 2017

Nous publions ici une motion de l’UL CGT de Nantes pour alimenter un débat compliqué sur la mobilisation contre les ordonnances. Comme en 2016, nombre de militants constatent que le premier obstacle à l’élargissement n’est pas le positionnement de telle ou telle confédération (qu’il est toujours bon d’aiguillonner !) mais bien le défaitisme qui règne dans une majorité d’entreprises. Ce qui nous oriente, ici, à axer davantage vers la reconstruction de liens dans les entreprises et les localités plutôt que vers la critique des faiblesses des directions syndicales, même si ces défaillances ne favorisent évidemment pas la confiance des travailleurs en leurs propres forces :

Motion de l’UL CGT de Nantes à la Confédération

À Nantes, le 5 octobre 2017
Cher.e.s camarades,
Nous sommes tous conscients des attaques sans précédent à l’oeuvre
contre le monde du travail. Depuis plusieurs semaines, la lutte contre les
ordonnances macron a commencé. La CGT est à la pointe du combat et tou.te.s
nos militant.e.s sont persuadé.e.s qu’une nouvelle défaite sociale aurait des
conséquences dramatiques non seulement pour l’ensemble du salariat, mais
aussi pour notre syndicalisme de lutte et les valeurs de progrès social qu’il porte.
Dans ce contexte, il ne nous parait pas opportun d’aller discuter avec le
gouvernement le 12 octobre sur la formation professionnelle, l’apprentissage et
l’assurance-chômage, comme pour dire : « les ordonnances sont passées, sujet
suivant ! » Aujourd’hui, la stratégie de notre confédération nous interroge et nous
inquiète. En effet, à notre sens, elle n’est pas lisible et ne donne pas un signal
assez fort aux salarié.e.s qui puisse leur redonner confiance et espoir.
Aussi, afin de préparer les esprits dans les entreprises et de construire
une lutte puissante et longue à même de nous faire gagner, nous proposons de
fixer une grande journée d’action interprofessionnelle d’ici environ 3 semaines
dans la perspective d’une grève reconductible, perspective annoncée comme telle. Bien entendu, nous souhaitons que cet appel se fasse dans le cadre d’un
syndicalisme rassemblé, mais sans illusion pour ceux qui n’ont eu de cesse
d’accompagner les régressions sociales.
À cet effet, nous devons nous donner les moyens de mobiliser toute la
CGT d’ici cette date. Un appel national à la grève jusqu’à la fin de l’année est
nécessaire pour toutes les branches afin de couvrir tou.te.s les grévistes sur la
période. Aux UL, aux UD, aux Fédérations de contacter individuellement les
responsables de tous nos syndicats afin que partout des assemblées générales
soient déclenchées dans les entreprises pour convaincre les salarié.e.s de la
gravité de la situation et de la nécessité de la grève pour faire reculer le
gouvernement. Par ailleurs, il serait souhaitable que des moyens financiers
soient dégagés pour permettre à la lutte de tenir, par exemple des caisses de
luttes et d’autres moyens à inventer. Tout cela doit être annoncé publiquement
afin de montrer aux salarié.e.s que nous sommes prêts à y aller pour de bon.
Qu’avons-nous de plus à perdre ? Nous devons mettre toutes nos forces
dans la bataille avant qu’il ne soit trop tard.
Comptant sur vous, soyez assuré.e.s, cher.e.s camarades, de tout notre
plein engagement pour notre CGT et ses valeurs
Bien fraternellement
L’Union Locale CGT de Nantes

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0