Communistes libertaires de la CGT

Paris : Un syndicat mal-propre !

lundi 23 janvier 2017

Coup de pression des jaunes contre l’UD CGT Paris

Ce lundi 23 janvier 2016, c’est avec stupeur que nous avons appris l’attaque du siège de l’Union des syndicats CGT de Paris par une vingtaine de personnes envoyées par le Syndicat de la propreté et des services associés de la région parisienne. Pas de blessés, fort heureusement, ni de casse : ces tristes sires n’ont pu pénétrer dans les locaux de la rue Charlot, et ont dû se contenter de bloquer les camarades à l’intérieur en les empêchant de sortir.
Derrière cette attaque, la volonté de faire pression sur l’Union départementale CGT de Paris, qui, lors de son 19e congrès, le 10 novembre 2016, a pris la décision, attendue par beaucoup depuis longtemps, de radier le Syndicat de la propreté. En cause, ses connivences avec les patrons de la propreté, des détournements de fonds, des casses de grève, des menaces contre des salariés et des militants CGT (pour un peu plus de détails, se reporter à cet article : http://www.communisteslibertairescg...).
Si la tension est momentanément retombée rue Charlot, il faudra rester vigilants : ces jaunes n’en sont pas à leur première crapulerie et nul doute que nous aurons à nouveau de leurs nouvelles. Déjà, la semaine dernière, ses affidés s’étaient amusés à déambuler dans les couloirs de la Bourse du travail de Paris en criant : « CGT, racistes ! » Une accusation infondée, bien sûr, mais que le Syndicat de la propreté et des services associés brandit toujours contre ceux qui remettent en cause sa probité. Les faits et les preuves qui s’accumulent contre la voyoucratie à la tête de ce syndicat régional l’acculent à ne devoir plus jouer que de la calomnie la plus crasse pour noyer les critiques.

Ci-dessous, le communiqué du bureau de l’UD CGT Paris suite à ces événements.

L’ UD attaquée par des individus du syndicat radié

Depuis des décennies une grande partie du syndicalisme sensé défendre les intérêts des salariés franciliens de la propreté est corrompu, en collusion avec le patronat.
L’UD CGT de Paris, réunie en congrès, a décidé le 10 novembre 2016, de radier le syndicat régional de la propreté CGT.
En représailles, les réactions sont vives.
Ce jour, lundi 23 janvier 2017, le syndicat radié tente d’entrer de force à la bourse du travail, 85, rue Charlot, siège de l’UD CGT Paris.
Plusieurs dizaines de militant-e-s de la CGT parisienne ont réussi à contenir l’assaut mené par quelques dizaines d’individus menaçants.
Les personnes et les biens sont pour l’instant sauvegardés.
Nous mesurons, par ce blocage, l’inquiétude des patrons de la propreté.
Nul doute, nous sommes engagés sur la bonne voie. Nous ne nous laisserons pas intimider.
La bataille d’indépendance vis à vis des patrons n’est pas un long fleuve tranquille.
Nous appelons les organisations CGT de la capitale à exprimer leur soutien à la décision du Congrès, et donc à sa mise en œuvre, par l’envoi de messages à : accueil cgtparis.fr ; urif cgt.fr ; cabsg cgt.fr

UD CGT Paris, le 23 janvier 2017

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0