Communistes libertaires de la CGT

Professionnels de la négo ? le SNTRS s’insurge

mercredi 27 mars 2019

A l’attention du Bureau confédéral de la CGT, de l’UFSE-CGT, de la FERC-CGT, de la FERC-SUP-CGT et de l’UGICT-CGT

Nous vous adressons la motion du SNTRS-CGT votée à la commission exécutive du 21 mars 2019 :

La Confédération Générale du Travail en appui au DRH des entreprises ?

La CGT vient de signer une convention de partenariat avec l’Université Paris Dauphine pour un Master « Négociations & Relations sociales ». Ce partenariat est établi en vue « de développer le dialogue social dans le milieu professionnel par la formation éthique technique et universitaire de ses responsables ». La CGT en assure la promotion auprès de l’ensemble de ses organisations. Elle s’engage à remplir les bancs de la formation par ses propres cadres nationaux et confédéraux et ceux proposés par ses organisations.

L’Université Paris Dauphine est à la pointe dans la dérégulation de l’ESR en ayant déjà acquis le statut de Grand établissement qui lui permet de déroger au code de l’éducation. La formation en question est sous traitée à une société privée, le groupe Cegos, leader international de la formation continue. Le cout de la formation est de 14 000 euros HT. La formation est destinée aux « DRH en situation de relations sociales aux cadres syndicaux d’entreprises, groupes fédéraux ou confédéraux, secrétaires CSE (expérience minimale 6 ans) en encadrement d’équipes syndicales ou en position de négociation » Les candidats seront sélectionnés sur dossier et entretien en fonction de leur expérience de leur motivation. La CGT n’intervient pas sur le contenu du programme !

Quelle organisation assurera les 14 000 euros de formation. A l’avenir faudra-t-il être diplômé d’un master « Négociations & relations sociales » pour accéder à des responsabilités fédérales et confédérales ?

La plaquette du programme de formation est claire. Il s’agit de fluidifier le dialogue social, d’éviter la conflictualité entre salariés et employeurs.

Alors que le patronat licencie comme bon lui semble les salariés, désertifie les régions en fonction de sa stratégie de profit, alors que le gouvernement dans la lignée de ses prédécesseurs continue de démanteler le code du travail et s’attaque au statut de fonctionnaire afin d’assujettir encore plus les salariés à leur employeur la Direction confédérale ne trouve pas autre choses de mieux à faire que former ses cadres à être des partenaires « constructifs » des directions d’entreprises.

La CGT doit rester un syndicat de lutte de défense de salariés.

La CE exécutive du SNTRS-CGT réunie le 21 mars exige que la CGT annule la convention partenariale avec l’université Paris Dauphine.

Le secrétariat du SNTRS-CGT

Nous avions pour notre part dénoncé cette formation sur le blog en décembre dernier :
http://www.communisteslibertairescg...

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0