Communistes libertaires de la CGT

Propreté : la CGT fera-t-elle enfin le ménage ?

mardi 30 juillet 2019

La CGT Propreté Région parisienne est une nouvelle fois prise en flagrant délit de jaunisme. Alors qu’une grève a éclaté depuis 10 jours à l’hôtel Ibis Clichy-Batignolles à Paris, ce syndicat est, une nouvelle fois, intervenu pour intimider les grévistes.

C’est la CGT HPE (Hôtels de Prestige et Economiques) qui anime la grève à l’hôtel Ibis, appartenant au groupe Accor. Les femmes de chambres sont employées en sous-traitance par l’entreprise STN TEFID. Les raisons de la colère sont classiques dans ce secteur où les femmes sont surexploitées. Cadences infernales, paye honteusement basse, harcèlement de la hiérarchie, sous-traitance abusive... Accor et son sous-traitant sont des voyous, nous le savions !

Mais cette grève a aussi permis de libérer la parole parmi les grévistes, et de ressortir une affaire vieille de plus d’un an : les salariées dénoncent le viol d’une ancienne collègue par le directeur de l’hôtel. Une instruction est en cours et celui-ci a été placé en examen pour « agression sexuelle ». Car exploitation capitaliste et patriarcale vont de pair !

Le mardi 23 juillet, un rassemblement de soutien a été organisé devant l’hôtel avec le soutien de l’UD CGT 75. Une ambiance déterminée, des travailleuses grévistes présentes en nombre et confiantes en leur capacité à gagner la lutte : tout se déroulait bien. Mais des membres de la CGT Propreté narguaient les grévistes depuis le hall de l’hôtel, tentant de mettre des coups de pression aux travailleuses pour qu’elles reprennent le boulot. La CGT Propreté, appelée sans aucun doute par les patrons de l’hôtel, jouait au DRH véreux pour bien servir les chefs ! Les grévistes ne se sont pas démontées, et, sans en venir aux mains, ont remis les Jaunes à leur place. La suite du rassemblement a pu se dérouler normalement, sauf pour un photographe de presse qui s’est fait agresser par un représentant de ce syndicat. Une plainte a été déposée.

Ce genre d’agissements n’est pas nouveau pour ce « syndicat », désaffilié de l’UD CGT 75 depuis son congrès de novembre 2016. Protégé par sa fédération (Ports et Docks) il semble intouchable alors que le constat, nous le savons, est largement partagé tant à l’URIF qu’à la Confédération même si ces deux instances se sont toujours refusées à les sanctionner . Ce même « syndicat » briseur de grève s’oppose aux luttes pour l’embauche des femmes de chambres directement par les hôtels ! Et l’an dernier son intervention fut totalement négative à l’occasion de la grève des sans-papiers d’Ile de France...

Il est temps que les autres UD de la région parisienne trouve le courage que l’UD 75 a manifesté. Et que la direction confédérale mouille enfin la chemise sur ce dossier qui salit toute la CGT.

En savoir plus sur ce conflit :
http://www.cgt-hpe.fr/du-harcelemen...

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0