Communistes libertaires de la CGT

RSE : Non la CGT n’a pas à signer l’accord

lundi 29 janvier 2018

La Confédération est engagée depuis un an dans une négociation avec la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) autour d’un projet fumeux qui découle du Grenelle de l’Environnement à propos de la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) des entreprises.

Le syndicat des patrons présente son projet clairement : associer les salariés à l’application des normes RSE ferait gagner 13% de résultats aux entreprises, favoriserait le « dialogue social » (c’est à dire l’intégration des salariés à leur propre exploitation) et enfin l’existence d’un Label RSE géré par un organisme « indépendant » devrait exonérer les entreprises des contrôles fait par les organismes de l’Etat.

La délégation confédérale propose aux organisations du CCN de se prononcer favorablement avant le 29 janvier. Concrètement pour la deuxième fois* en quelques semaines, les membres des Commissions Exécutives des fédérations et des Unions Départementales doivent se prononcer sur un sujet important, bien souvent sans même pouvoir en débattre collectivement lors d’une réunion plénière. Selon le calendrier des réunions des CE, les camarades sont simplement sondés par mail. Et encore on peut se demander s’ils sont réellement consultés dans toutes les structures...

La délégation confédérale propose de signer l’accord avec deux arguments :

1/La CPME a édulcoré la substitution du contrôle par les organismes d’Etat avec une formule qui néanmoins ouvre la porte :
« Etant entendu qu’elles ne sauraient déroger à leurs obligations légales, les entreprises pourraient bénéficier d’une présomption de conformité à la réglementation concernée par le label, ayant pour conséquence de simplifier les contrôles administratifs ». La délégation confédérale reconnait d’ailleurs que la formulation est « imparfaite »... C’est le moins qu’on puisse dire puisque le syndicat patronal explique sur son site que si l’on veut que les patrons fassent des efforts pour être sociaux et écolos il faut qu’il y gagnent quelque chose. En l’occurrence des allègements de contrôles !
2/L’accord marquerait selon notre délégation CGT « la volonté d’un rééquilibrage entre le rôle des dirigeants et le pouvoir d’intervention des salariés ; de rééquilibrer aussi considérations environnementales et considérations sociales (sont nommées notamment les préoccupations sociales en matière de formation, de diversité, d’employabilité, d’égalité professionnelle, de la qualité de vie au travail, de santé/sécurité au travail, de valorisation au travail qui doivent, pour chacun, faire l’objet d’engagements). » Franchement laissons ces chimères réformistes à la CFDT ! Elle fait ça mieux que nous, faire croire que les patrons vont partager leur pouvoir et leurs gains avec les salariés dans le cadre de gentilles négociations autour de normes écolos qui faciliterait l’accès à des appels d’offres...
*La première fois il s’agissait de repères revendicatifs par lesquels la CGT donnait, de fait, son feu vert aux compteurs Linky...

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)
  • Un article dans Alternative libertaire

    8 avril
    Nous tenterons de publier tous les articles trouvés dans la presse libertaire à propos du 52° congrès. Voici celui d’Alternative libertaire ; mars 2019 :
    CGT : Voyage entre les lignes du 52e congrès confédéral
    Le 51e congrès, en 2016, avait stabilisé une direction légitime après les errements des dernières années Thibault et la parenthèse Le Paon. Mais il n’avait réglé aucun débat stratégique. À la peine (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0