Communistes libertaires de la CGT

Ruffin : Le SNJ CGT au service d’un projet ?

jeudi 7 juin 2018

Disons franchement les choses pour un débat entre camarades sur l’importance de l’indépendance syndicale pour la crédibilité et la cohésion de la CGT.

On peut apprécier positivement le travail syndical mené par le SNJ-CGT et aussi aimer lire Fakir, le journal de François Ruffin actuellement député d’Amiens aux couleurs de la France Insoumise.

Mais alors que depuis quelques années seulement se dénoue, très lentement, le lien entre la CGT et le PCF, nous ne pouvons accepter sans réagir que d’autres liens se nouent, avec par exemple la France Insoumise, et encore moins que la CGT se retrouve percutée par la lutte ouverte entre Ruffin et Mélenchon pour le leadership de ce parti politique.

C’est pourquoi, si nous félicitons le SNJ-CGT d’organiser un colloque sur la défense des lanceurs d’alertes (voir texte ci dessous) nous ne pensons pas qu’il soit une bonne pratique que de co-organiser ce colloque avec un seul média, Fakir, et l’intervention d’un seul politicien, Ruffin.

Invitation à la remise du « Bâillon d’or » le mardi 12 juin à 19h à la Bourse du Travail (salle Ambroise Croizat)
Macron veut protéger les industriels et leurs firmes avec le « secret des affaires ». Alors, le mardi 12 juin, à la Bourse du Travail, à 19h, attribuons ensemble le « bâillon d’or » au champion de la censure !
Accusé d’avoir déversé de l’acide dans la nature, Arcelor Mittal réagit : diffamation. Les reportages de France 2 dénigrent les agissements de Bolloré en Afrique : réclamons leur 50 millions d’euros pour dénigrement. Une salariée dénonce un système généralisé d’évasion fiscale : mise au placard, harcèlement, et hop pourquoi pas, diffamation. Une association dénonce du travail forcé au Qatar ? Vinci porte plainte ! Et bientôt, grâce à Bruxelles et Macron, ils auront le « secret des affaires ». Un texte qui doit revenir à l’Assemblée pour un vote définitif le jeudi 14 juin.
Alors, contre ça, journalistes, ONG et syndicalistes font front commun. Qui de Bolloré, de Vinci, du Luxembourg remportera le bâillon d’or ? Venez, participez et votez mardi 12 juin à la Bourse du Travail !
Et qu’on réfléchisse ensemble à comment leur résister.
Au programme, des témoignages de syndicalistes, travailleurs, lanceurs d’alerte… (liste en cours d’élaboration) :
 Céline Boussié, lanceuse d’alerte contre la maltraitance institutionnelle
 Philippe Pascal, ex-inspecteur URSSAF, poursuivi par un patron fraudeur
 Christophe Lefèvre, syndicaliste CFE-CGC, entreprise SCOR
 Marine Martin, APESAC, contre Sanofi et l’affaire Dépakine
 Mauricio Garcia-Pereira, lanceur d’alerte contre la maltraitance animale
 Anne de Haro, syndicaliste CGT, entreprise WKF
 Jean-Baptiste Rivoire, journaliste à Canal+, censuré par Vincent Bolloré
Et les interventions de :
 Emmanuel Vire, secrétaire général du SNJ-CGT
 François Ruffin, rédacteur en chef du journal Fakir
 Sophie Binet, secrétaire générale adjointe de l’UGICT-CGT
 Eric Alt, magistrat, vice-président d’Anticor, élu au CA de Sherpa
 Nicolas Vescovacci, journaliste à Cash Investigation, membre du collectif INPD
 Swann Bommier, association CCFD-Terre Solidaire

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0