Communistes libertaires de la CGT

SNCF : La CE confédérale évoque la grève reconductible

samedi 10 mars 2018

Dans les hautes instances de la CGT le débat est tendu. Le dernier rendez-vous téléphoné du CCN en a encore été l’occasion. Pour schématiser il y a ceux qui poussent les feux de la mobilisation face aux attaques et ceux qui freinent en s’appuyant sur les difficultés, au demeurant réelles, à mobiliser massivement.

Alors que dans la fédération des Cheminots certains évoquent plutôt la possibilité d’une ou deux journées de grève répétées chaque semaine, d’autres parient sur la dynamique d’un appel à la grève reconductible. Dans un cas, les cheminots seraient les bons petits soldats obéissants aux consignes de grève, encore ou stop, sans aucune maitrise sur la négociation. Avec la reconductible, les AG de personnel peuvent se mettre en place, la dynamique se construire et la grève être gérée démocratiquement de bout en bout.

La CE confédérale réunie le 6 mars prend position dans le bon sens :

"Violence, encore, de par les annonces du 1er Ministre le 26 février, concernant la réforme de la SNCF dans la foulée du rapport Spinetta, traçant l’ouverture à la concurrence, le changement du statut de l’entreprise et la mise en cause du statut et des conditions sociales des cheminots.
Une annonce de réforme très éclairante sur la manière de manipuler l’opinion publique.
Me vient à l’esprit l’adage disant « Quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage »
Ou je citerais, un intellectuel engagé, Noam CHOMSKY « Comment détruire un service public ? Commencez par baisser son financement. Il ne fonctionnera plus. Les gens s’énerveront. Ils voudront autre chose. C’est la technique pour privatiser un service public ! ».
Si j’étais médisante, je me dirais une opinion publique préparée depuis des mois avec : des incidents à répétition, notamment à Montparnasse, de plus en plus de retards, un pilonnage sur une dette exponentielle, etc…..
Ainsi, que la préparation des cheminots, avec : « l’entreprise est en danger, on ne peut éviter la concurrence, c’est Bruxelles et ses directives, etc…. ».
Rien de mieux, pour permettre à des « personnalités auto qualifiées » pour dire ici et là, que le gouvernement a déjà réussi à 75% sa réforme parce que la population en a ras le bol, que les syndicats ne sont pas unis, que la CGT cheminots n’est plus celle de 95, etc….
Le 1er ministre entend présenter en Conseil des ministres, le 14 mars, une loi d’habilitation pour réformer la SNCF par ordonnances, des rencontres avec les organisations syndicales ont démarré le 1er mars.
Autant dire que toutes ces tentatives d’instrumentalisation, n’entache pas la détermination de la CGT cheminots, avec les cheminots et les autres organisations syndicales qui le voudront à construire la riposte.
Vous l’avez noté, une première intersyndicale a eu lieu le 27 février et un communiqué unitaire CGT, UNSA, SUD Rail et CFDT en est sorti, indiquant qu’elles déposaient une démarche de concertation unitaire (alarme sociale), qu’elles se rendraient aux concertations organisées et que si le gouvernement devait choisir le passage en force, elles appelleraient les cheminots à agir par la grève. La question de la grève reconductible est posée.
Une prochaine intersyndicale est programmée le 15 mars pour décider des suites à donner au processus revendicatif unitaire."

Un appui clair aux partisans de la grève reconductible !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0